25 avril 2019
Toyota RAV4 2019 Trail : surprenant VUS
Par: Marc Bouchard

Photo Toyota Canada

Je l’admets, quand j’ai vu le nouveau Toyota RAV4 2019 pour la première fois, j’ai d’abord été étonné, puis séduit. Surtout dans la version Trail qui a fait l’objet de mon essai des derniers jours. Car l’ancien RAV4, rappelez-vous, avait une allure un peu douce et un tantinet anonyme.

publicité

Même si on l’avait renouvelé il y a quelques années, il demeurait quand même assez près de ce que la concurrence faisait en matière de style et ne se distinguait pas vraiment. Cette fois, l’utilitaire sport compact de Toyota s’affiche comme un presque dur à cuir, avec une personnalité plus évidente et une silhouette musclée.

Prenez simplement la grille de calandre. Son ouverture aux formes modernes lui donne une présence particulièrement agressive. En fait, ses dimensions sont telles qu’on ne voit qu’elle, encadrée de blocs optiques aux formes modernes.

Les protections d’arches de roue, le toit d’une couleur différente de la carrosserie, le hayon arrière surmonté d’un becquet contribuent tous à donner au RAV4 une identité nettement plus définie et plus attirante.

Même l’habitacle a été repensé, et si ce n’était de l’affreux système Entune de gestion multimédia au lieu de Apple Car Play ou Android Auto, il y aurait bien peu à reprocher à l’aspect physique et ergonomique du tableau de bord.

Les sièges sont confortables (bien que celui du passager soit légèrement surélevé et ne s’abaisse pas), l’espace est plus que raisonnable, et le design intérieur est agréable et moderne. Un écran central abrite les commandes d’infodivertissement et de confort, une molette permet le réglage des modes de conduite, et les commandes sont aisément accessibles, tout comme les cadrans sont faciles à lire.

L’espace arrière est polyvalent, facile d’accès et largement suffisant pour transporter toutes les marchandises voulues même sans abaisser la banquette de deuxième rangée. Imaginez, il est assez vaste, cet espace cargo, pour survivre à un voyage aller-retour à New York en y intégrant nos valises pour quelques jours, et le résultat du magasinage de Chérie (qui est du genre à ramener des souvenirs même aux chiens…).

Sur la route

L’essai du Toyota RAV4 2019 s’est fait en plusieurs temps. Dans une première portion, il m’a servi de véhicule urbain durant quelques heures, ayant à survivre au trafic montréalais et montérégien. Ici, peu à redire, alors que le petit moteur 4 cylindres 2,5 litres de 203 chevaux et sa boîte automatique 8 rapports ont bien joué leur rôle, permettant des déplacements sans difficulté et avec assez de célérité pour se tirer des mauvais pas.

Seconde partie, plus longue celle-ci, l’aller vers New York. Les quelque 625 kilomètres qui nous séparaient de notre destination nous ont paru assez courts pour ne pas être inconfortables. Il est vrai que Chérie a mis du temps à se faire à sa position assise surélevée de passagère et qu’elle a longtemps eu l’impression d’avoir le pare-soleil en plein visage, mais elle a fini par s’y habituer.

Il est vrai aussi qu’il m’a fallu toutes sortes d’entourloupettes pour finalement faire fonctionner le GPS du système Entune avec mon téléphone intelligent, mais on a fini par y arriver, sur le chemin du retour!

Mais tant pour l’aller que pour le retour, le moteur du RAV4 s’est avéré un peu bruyant en accélérations vives, et l’atteinte rapide des vitesses d’autoroute représente un certain défi, mais dans l’ensemble, le tout est d’une grande douceur et relativement silencieux. Et ô surprise, malgré la présence de vents latéraux imposants, le RAV4 n’en a pas trop souffert et s’est montré plutôt silencieux.

Bien sûr, le RAV4 a aussi été notre compagnon de trafic au milieu de New York. Un bon mot d’ailleurs pour sa maniabilité et sa bonne visibilité arrière qui m’ont permis de me faufiler entre les travaux et les taxis agressifs jusqu’au Lincoln Tunnel sans trop souffrir.

Aux termes de ce voyage, le Toyota RAV4 nous a affiché une consommation moyenne de 8,4 litres aux 100 kilomètres, malgré tous les détours et toutes les accélérations effectuées. Nous n’avons pas vraiment testé le rouage intégral ou les capacités hors route de cette version Trail, mais je voulais me garder le plaisir pour une autre fois.

Parce que j’ai vraiment apprécié ce RAV4 nouveau genre, sa structure plus rigide que jamais et sa gueule d’enfer, j’ai vraiment très envie de le réessayer pour le pousser un peu plus… ou tenter plutôt une nouvelle expérience avec la version hybride. On verra bientôt, mais chose certaine, cette nouvelle mouture est sans conteste la mieux réussie à ce jour… et un des meilleurs, sinon le meilleur, VUS compact sur le marché cette année.

image