17 mars 2016
Impression de circulaires
Transcontinental investit 8 M$ à Saint-Hyacinthe
Par: Jean-Luc Lorry
Transcontinental investit 8 M$ à Saint-Hyacinthe

Transcontinental investit 8 M$ à Saint-Hyacinthe

L’imprimerie TC Transcontinental de Saint-Hyacinthe produit la majorité des circulaires ­destinées au marché québécois. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’imprimerie TC Transcontinental de Saint-Hyacinthe produit la majorité des circulaires ­destinées au marché québécois. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Principal imprimeur au Canada, TC Transcontinental modernise ses installations à Saint-Hyacinthe en injectant 8 M$ dans son usine spécialisée dans l’impression de circulaires.

Publicité
Activer le son

Cet investissement nécessite un agrandissement de la bâtisse industrielle dont la superficie passera de 145 700 pieds carrés à 160 700 pieds carrés.

« Nous allons robotiser deux lignes de ­production. Cette modernisation n’aura pas d’impact sur l’impression, mais nous rendra plus compétitifs à l’étape de ­l’empaquetage des circulaires », indique en entrevue au COURRIER, Jacques Meunier, directeur général de l’imprimerie Transcontinental de Saint-Hyacinthe.

Cette usine est dotée de quatre lignes de productions qui impriment en continu des circulaires pour plusieurs clients tels que Canadian Tire, Provigo, IGA ou Pharmaprix.

« La majorité des circulaires destinées au marché québécois est produite à l’usine de Saint-Hyacinthe », mentionne le directeur général de l’usine.

L’agrandissement de l’édifice a été confié à l’entrepreneur maskoutain ­Arri Construction. Les travaux devraient être terminés fin juin et les deux lignes ­seront opérationnelles en décembre.

Le dernier investissement majeur réalisé dans l’usine maskoutaine de TC Transcontinental remonte à 2007 où l’industriel avait fait l’acquisition d’une presse rotative ultramoderne.

Cet équipement de pointe incluant un agrandissement de l’usine de 22 500 pieds carrés de surface avait représenté un ­investissement de 25 M$.

Usine historique

Cette usine située à l’angle des boulevards Choquette et Casavant Ouest occupe une place particulière dans l’histoire du groupe Transcontinental.

L’Imprimerie Chartier a été la première acquisition réalisée en 1979 par Rémi ­Marcoux, fondateur de Transcontinental. Cette usine appartenait à Denis Chartier, alors propriétaire du Courrier de Saint-­Hyacinthe, de La Pensée de Bagot, du ­Clairon, du Maskoutain et de Distribution Archambault.

« En 1978, j’avais absolument besoin de trouver du temps de presse et l’Imprimerie Chartier m’intéressait puisque l’on venait de faire l’acquisition de nouveaux équipements. À cette époque, il y avait 28 employés et depuis, nous avons agrandi trois fois l’usine », avait raconté Rémi Marcoux dans une entrevue accordée au COURRIER au printemps 2012.

Aujourd’hui, l’imprimerie Transcontinental de Saint-Hyacinthe compte 300 employés à temps plein et se classe au 6e rang des employeurs privés de la MRC Les Maskoutains.

Premier imprimeur au Canada et ­troisième en Amérique du Nord, TC Transcontinental se démarque dans les domaines de ­l’impression, de l’emballage souple, de ­l’édition et des médias numériques.

TC Transcontinental célèbre cette année son 40e anniversaire. Cette multinationale compte plus de 8 000 employés au Canada et aux États-Unis, ses revenus ont été de 2 milliards de dollars canadiens en 2015.

image