16 avril 2015
MRC des Maskoutains
Transition CLD-MRC le 4 mai
Par: Benoît Lapierre
Gabriel Michaud, directeur général de la MRC des Maskoutains. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Gabriel Michaud, directeur général de la MRC des Maskoutains. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

À moins d’un contretemps, c’est le lundi 4 mai que la MRC des Maskoutains prendra la relève du Centre local de développement (CLD) en matière de développement local et régional et de soutien à l’entrepreneuriat.

Sur le plan physique, il y aura peu, sinon pas de changement du tout. Le nouveau service de la MRC logera au 1000, rue Dessaulles, dans des locaux qui deviendront la propriété de Saint-Hyacinthe Technopole (SHT), une fois complétée l’intégration de la Cité de la biotechnologie dans cette nouvelle structure où iront aussi se fondre la Corporation de développement commercial de Saint-Hyacinthe et Tourisme et Congrès Saint-Hyacinthe.

Un nouveau bail remplacera bientôt celui qui liait le CLD et la Cité de la biotechnologie, dernier propriétaire des lieux.

À sa séance du 8 avril, le conseil des maires de la MRC a désigné les deux dernières personnes qui compléteront l’équipe du nouveau service de développement économique. Il s’agit de Denyse Bégin, l’actuelle agente de communication de la MRC – elle accomplira les mêmes tâches pour le nouveau service économique – et de Maria Sanchez, qui était agente de développement au CLD et qui devient agente de bureau dans le nouveau service. La MRC procédera à l’ouverture d’un poste à temps partiel (trois jours/semaine) pour la prise en charge du dossier « famille » dont ne pourra plus s’occuper Denyse Bégin.

Voilà qui complète le mouvement de personnel découlant de la création du nouveau Service de développement local et régional et de soutien à l’entrepreneuriat de la MRC. Tel que déjà confirmé par le conseil des maires, il sera dirigé par l’actuel dg du CLD, Charles Fillion, et comptera les mêmes professionnels qu’avant : Karine Guilbault, commissaire au développement économique, Nathalie Delorme, conseillère au développement entrepreneurial et mentorat, Frédéric Corbeil, conseiller au financement et Steve Carrière, agent de développement rural. Le service mis en place comptera donc sept employés, tandis qu’il y en avait 11 au CLD, mais personne n’a perdu au change. « Tous ceux qui étaient là (à la Cité et au CLD) ont tous été engagés dans une entité ou dans l’autre », a confirmé le directeur général de la MRC, Gabriel Michaud.

Donovan Saint-Hilaire, qui s’occupait auparavant des communications tant pour la Cité que pour le CLD, travaillera dorénavant exclusivement pour Saint-Hyacinthe Technopole. Élyse Champagne, ex-adjointe administrative au CLD, devient adjointe à la direction de SHT. Nathalie Lasnier, ex-technicienne comptable du CLD, devient technicienne-comptable à SHT. Enfin, Ghislaine Desmarais demeurera agente administrative et réceptionniste pour les deux entités, comme au temps de la Cité de la biotechnologie. « Mme Desmarais est la seule ressource qui sera partagée », précise M. Michaud.

Il subsistera donc une grande proximité entre le service qui remplacera le CLD et Saint-Hyacinthe Technopole, la version élargie de la Cité de la biotechnologie. « Le travail se fera en complémentarité dans le même environnement, et c’est ce qui était souhaité », a expliqué Gabriel Michaud. Mais il a signalé qu’il existait une différence fondamentale entre les deux entités. « À la MRC, nous ne gérons aucun parc industriel. Nous offrons notre soutien aux jeunes entrepreneurs, nous donnons un service de première ligne à tous ceux qui en ont besoin et qui viendront frapper à notre porte. Le démarchage industriel, ce n’est pas notre mandat », a-t-il insisté.

En prévision de la mise en route du nouveau service, le conseil des maires a approuvé le 8 avril un budget global de 750 000 $ pour 2015 – la masse salariale y gruge une part de 500 000 $ -, lequel inclut l’aide gouvernementale de 60 000 $ pour la gestion du Pacte rural. C’est tout de même une réduction de 400 000 $ par rapport à ce qu’avait obtenu le CLD en 2014, et cela en raison des multiples mesures prévues au projet de loi 28 – dont la fin des CLD – visant l’atteinte de l’équilibre budgétaire par le gouvernement et d’une réduction des quotes-parts des municipalités des Maskoutains dans le soutien au développement régional.

Une dernière conférence de presse dans l’histoire du CLD sera donnée le lundi 20 avril au 1000, rue Dessaulles, après quoi on assistera le 4 mai au démarrage du service qui le remplacera, à moins que le projet de loi 28 ne soit pas encore entré en vigueur à cette date. Ce qui serait surprenant puisque, l’Assemblée nationale doit être convoquée dès demain, vendredi, pour l’adoption de ce projet de loi sous le bâillon.

La création de Saint-Hyacinthe Technopole et l’intégration du CLD à la MRC n’auront donc entraîné que trois mises à pied, soit deux du côté de Tourisme et congrès Saint-Hyacinthe et l’une du côté de la Corporation de développement commercial.

image