3 novembre 2011
Trois accidents graves dans la région de la Yamaska
Travailler sur des machines quand les piècessont en mouvement : faire de la prévention une priorité!
Par: Le Courrier

Trois accidents graves impliquant des machines sont survenus dans la région de la Yamaska la semaine dernière. Tous les secteurs d’activité sont touchés par de tels accidents. Il s’agit d’une problématique qui constitue, pour la CSST, une priorité d’action en matière de prévention.

Pour éviter que la situation ne se reproduise, la CSST rappelle aux travailleurs et aux employeurs les moyens à prendre pour que leurs milieux de travail soient sécuritaires, en tout temps. Parce que le Québec a besoin de tous ses travailleurs.

Moyens de prévention

Les accidents et les maladies du travail peuvent être évités par une gestion permanente de la santé et de la sécurité. Pour ce faire, l’employeur et les travailleurs doivent faire équipe et participer à l’identification, à l’élimination et au contrôle des dangers.

Parmi les principales mesures de prévention à prendre lors du travail sur des machines, mentionnons : l’arrêt complet de la machine par cadenassage avant tout travail de réparation, d’entretien ou de déblocage de matériel; l’installation des dispositifs de sécurité empêchant l’accès à des pièces en mouvement; l’identification des dangers et l’évaluation des risques pour la santé et la sécurité; le respect des directives d’utilisation du manufacturier et l’entretien préventif de l’équipement. De plus, il importe d’assurer la formation, l’entraînement et la supervision appropriés des travailleurs afin qu’ils aient les habiletés et les connaissances nécessaires à l’accomplissement du travail qui leur est confié, et ce, de façon sécuritaire.

Plan d’action Sécurité des machines

Dans le but d’inciter les milieux de travail à rendre les machines sécuritaires, la CSST, de concert avec les partenaires et les milieux concernés, a mis en place le plan d’action Sécurité des machines. Les inspecteurs de la CSST visitent les établissements et appliquent une politique de tolérance zéro à l’égard des machines dangereuses.

Ainsi, depuis 2006, les fautifs sont passibles de poursuites pénales (constats d’infraction) lorsque les inspecteurs constatent l’existence d’un danger lié à l’accès à des pièces en mouvement. Le plan d’action Sécurité des machines donne des résultats. Grâce aux efforts déployés depuis sa mise en place, on observe des améliorations notables. Par exemple, de 2007 à 2010, le nombre d’accidents liés aux pièces en mouvement est passé de 1 244 à 884, soit une baisse de 39 %. Le site Web de la CSST livre des informations supplémentaires sur la santé et la sécurité du travail en présence de machines : www.csst.qc.ca .

Quelques statistiques

– Un jour sur quatre, un Québécois perd la vie au travail. – Chaque année entre 2007 et 2010, la CSST a recensé en moyenne 4 600 accidents du travail en lien avec les machines. – Durant cette même période, 50 travailleurs, soit environ 13 par année, ont perdu la vie à cause des machines. Près du quart de ces accidents est causé par un écrasement ou un coincement dans une machine, en raison des pièces en mouvement. – En 2010, ces mêmes pièces en mouvement ont été responsables de 20 % des décès causés par des machines. – Seulement dans la région de la Yamaska, en 2010, les machines ont causé 266 accidents du travail.

image