15 septembre 2011
Treize artistes québécois mis en valeur
Par: Le Courrier
Victor Varacalli, propriétaire de l'Atelier, et Simon Roy, marchand d'art, devant quelques-unes des seize lithographies de Jean-Paul Riopelle dont une qui est mise à l'encan depuis le 1<sup>er</sup> septembre.

Victor Varacalli, propriétaire de l'Atelier, et Simon Roy, marchand d'art, devant quelques-unes des seize lithographies de Jean-Paul Riopelle dont une qui est mise à l'encan depuis le 1er septembre.

Jusqu’au 25 septembre, l’Exposition 13 est présentée à L’Atelier art toutes directions, réunissant treize artistes exposants et treize artistes invités provenant de Saint-Hyacinthe et des régions avoisinantes, dont le défunt peintre, sculpteur et graveur Jean-Paul Riopelle.

Publicité
Activer le son

Quelque 300 oeuvres de tous les médiums confondus habillent en ce moment les murs de l’Atelier arts toutes directions pour l’Exposition 13. Des artistes provenant, entre autres, de Saint-Hyacinthe, Beloeil, Montréal, Granby et Québec, y ont mis en vente quelques-unes de leurs toiles, dont certaines ont été mises à l’encan depuis le 1er septembre.

Afin d’offrir une meilleure visibilité à cette exposition, M. Varacalli, en complicité avec Simon Roy, marchand d’art, ont choisi d’intégrer seize lithographies, du célèbre peintre québécois et membre du mouvement artistique des Automatistes, Jean-Paul Riopelle.« Riopelle est un nom accrocheur. C’est l’un des plus grands artistes canadiens, alors c’est sûr que le fait d’intégrer de ces oeuvres à une exposition attire les gens. Les visiteurs sont intrigués par ces oeuvres et posent beaucoup de questions », explique Simon Roy.Les lithographies de Riopelle proviennent, pour la plupart, de Paris, là où l’artiste les a produites. Elles ont été importées par M. Roy à travers les années. « Ces lithographies sont difficiles à trouver parce qu’elles sont rares. Dans mon cas, je les ai trouvées parce que c’est mon métier et j’ai les contacts. » La lithographie, technique d’impression à plat qui permet la création et la reproduction d’oeuvres, est un art moins commun comparativement à la peinture. Étant moins accessible pour l’artiste en raison de son coût de production, la lithographie permet toutefois à ce dernier de produire plusieurs exemplaires de la même oeuvre. Ce qui permet aux gens d’acheter les oeuvres à plus bas prix et à l’artiste de se faire connaître, comme Riopelle lors de son passage à Paris.L’Atelier art toutes directions n’est pas qu’un centre de diffusion et de consommation d’arts visuels. C’est aussi un lieu de production réunissant des artistes de la région qui désirent soit travailler en partageant leurs connaissances, soit avoir accès à du matériel et des équipements dont ils n’ont pas accès quotidiennement.André Duchesne, artiste peintre de Saint-Hyacinthe et invité à l’Exposition 13, a récemment découvert l’Atelier de M. Varacalli. Pour ce peintre qui se qualifie lui-même d’autodidacte, l’Atelier art toutes directions est l’endroit idéal pour discuter de techniques de travail et s’inspirer de nouvelles influences.Victor Varacalli offre une visibilité unique en ce qui a trait à la production, la diffusion et la consommation d’art dans la région de Saint-Hyacinthe, selon M. Duchesne. « Victor est le seul dans la région a être venu chercher les artistes dans le but de nous donner la chance de nous produire et de nous faire connaître. »L’Atelier art toutes directions, anciennement situé rue des Cascades, est maintenant installé au 548, avenue Mondor. Les portes sont ouvertes les jeudis et vendredis de 12 h à 20 h 30, les samedis et dimanche de 12 h à 18 h et les lundis, mardi et mercredi sur rendez-vous auprès de Victor Varacalli au 450 250-1ART.

image