11 juillet 2013
Avenue Vaudreuil
Trois démolitions en vue
Par: Le Courrier
Ces trois maisons anciennes de la rue Vaudreuil, au centre-ville de Saint-Hyacinthe, seront vraisemblablement démolies par la Ville, qui en a récemment fait l'acquisition.

Ces trois maisons anciennes de la rue Vaudreuil, au centre-ville de Saint-Hyacinthe, seront vraisemblablement démolies par la Ville, qui en a récemment fait l'acquisition.

Question de dégager les abords du Centre communautaire Christ-Roi, agrandi en 2012 au coût de 1,6 million $, la Ville de Saint-Hyacinthe va modifier radicalement le paysage de l’avenue Vaudreuil, l’une des vieilles rues de la ville.

Elle vient de faire l’acquisition de trois modestes maisons anciennes qu’elle entend maintenant livrer aux démolisseurs, comme elle l’a fait avec le duplex portant les numéros 396-398, avenue Vaudreuil, qui a été démoli en décembre 2012. Acheté au prix de 125 000 $, il se trouvait en face de la rue Saint-Antoine, à côté du passage menant au Centre communautaire.

Ce sont donc quatre bâtiments résidentiels qui auront été éliminés avenue Vaudreuil, devant le parc T.-D.-Bouchard. La Ville a consacré 545 000 $ à l’achat des propriétés, somme à laquelle s’ajoutera le coût des aménagements projetés. Des cases de stationnement de même qu’une aire de verdure seront créées en façade du Centre communautaire et des courts du Club de tennis maskoutain. Le programme triennal d’immobilisation prévoit que des améliorations extérieures de 200 000 $ seront apportées en 2013 au parc des loisirs Christ-Roi.Du point de vue architectural, les trois dernières habitations visées se ressemblent beaucoup. La Ville les a obtenues pour la somme de 135 000 $ dans le cas du 354 Vaudreuil, de 130 000 $ dans celui du 368 Vaudreuil et de 155 000 $ dans celui du 382 Vaudreuil, le tout au terme de négociations de gré à gré, a précisé le directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe, Louis Bilodeau. Selon le conseiller municipal David Bousquet, qui siège à la Commission du patrimoine maskoutain, les trois vieilles demeures aux toitures de tôle ne sont pas dénuées d’intérêt. « C’est le style des maisons de colonisation; ce sont des maisons intéressantes parce qu’elles rappellent la vocation ouvrière du quartier. L’avenue Vaudreuil est une rue qui a de l’histoire », a-t-il commenté.

Comité de démolition

Le cas de ces maisons anciennes sera examiné par le comité de démolition de la Ville lorsque les demandes de permis de démolir seront formulées. En vertu du règlement de démolition actuel, le comité détient le pouvoir de refuser tout projet de démolition d’un bâtiment principal du territoire, quoique le requérant puisse en appeler de la décision devant le conseil municipal.

La Ville se prépare toutefois à modifier son règlement pour qu’il ne s’applique dorénavant qu’aux portions du territoire présentant le plus d’intérêt au plan patrimonial, comme la rue Girouard, la rue Saint-Pierre, ou encore le noyau villageois de Sainte-Rosalie.Sylvie Adam, une conseillère municipale qui siège au comité de démolition, a précisé que le règlement de démolition continuerait de s’appliquer à tout le secteur du centre-ville. « Et l’avenue Vaudreuil en fait partie », a-t-elle confirmé.

image