26 septembre 2013
Trop bien intégrés pour quitter
Par: Le Courrier

Si elle est terre d’innovation, Saint-Hyacinthe est surtout terre d’accueil. Malgré cela, l’éventuel projet de loi de la Charte des valeurs québécoises aurait peu d’impact sur la qualité de vie des nouveaux arrivants.

C’est du moins ce que croit Ana-Luisa Iturriaga, la directrice de Forum-2020, un consortium maskoutain qui favorise le développement économique de la région grâce à l’immigration.

Depuis 2003, Saint-Hyacinthe préconise l’arrivée d’immigrants dits « économiques », c’est-à-dire qui correspondent aux besoins des employeurs d’ici en raison de leurs nombreuses compétences. « Ces gens-là sont chez eux maintenant. Ils se sont si bien intégrés grâce à leur emploi qu’ils ont acheté des maisons et fondé des familles à Saint-Hyacinthe. Le visage québécois a énormément changé : les Juifs d’autrefois, par exemple, ne sont plus tout à fait comme ceux d’aujourd’hui. Ils ne portent pas tous la kippa (chapeau juif). L’intégration a fait son travail », soutient Mme Iturriaga. Certaines communautés, cependant, partagent l’avis contraire. Rejoints par courriel, les membres du Centre islamique maskoutain, qui regroupe la population musulmane de Saint-Hyacinthe, ont indiqué que « la charte proposée porte atteinte à la liberté de religion individuelle. Sur le plan de l’emploi, cette charte va accentuer l’exclusion des minorités (entre autres les femmes portant le voile) et favoriser le repli communautaire. Elle imposera à ces minorités de choisir entre leurs convictions religieuses et leur emploi, ce dernier étant considéré comme un véritable moteur d’intégration ».Pour Ana-Luisa Iturriaga, néanmoins, le plus important sera de réfléchir en collectivité et de ne pas oublier que les immigrants sont, pour la plupart, « charmés par notre région ».

Motivations difficiles à comprendre

Originaire du Mexique, la directrice de Forum-2020 est elle-même une Québécoise d’adoption. Pour le moment, elle avoue avoir de la difficulté à comprendre le bien-fondé de la Charte des valeurs présentée par le ministre Bernard Drainville.

« Le gouvernement a fait les choses à l’envers dans ce dossier. Il a présenté son projet pour ensuite sonder l’opinion publique. Pour le moment, nous utilisons la Charte des droits et libertés et nous ne savons pas encore de quelle façon y sera intégrée celle des valeurs québécoises », explique Mme Iturriaga, en précisant qu’il s’agit de son opinion personnelle, le conseil d’administration de Forum-2020 n’ayant pas encore pris position. « La Charte elle-même n’est pas claire, alors c’est difficile d’avoir une opinion juste sur le sujet », soutient-elle. Selon la directrice, Saint-Hyacinthe compte 76 groupes ethniques sur son territoire. Depuis 10 ans, l’Afrique représente le principal bassin d’immigration au Québec, une tendance qui se reflète au sein de la région. Le territoire maskoutain accueille également de nombreux Maghrébins. « Tout comme les catholiques, cette communauté pratique sa religion à divers niveaux. Ce ne sont pas toutes les femmes qui sont voilées et il y en a qui prennent du vin », illustre Mme Iturriaga.

image