28 juillet 2011
Trop de restos?
Par: Martin Bourassa

Si la fermeture de la rôtisserie Parenteau a créé une petite commotion à Saint-Hyacinthe, elle n’a pas surpris les habitués dont j’étais.

Publicité
Activer le son

Si la fermeture de la rôtisserie Parenteau a créé une petite commotion à Saint-Hyacinthe, elle n’a pas surpris les habitués dont j’étais.

Le restaurant n’a pas survécu au départ de Paul-Émile Parenteau (omniprésent dans son restaurant jadis) et à la concurrence on ne peut plus directe de la rôtisserie Excellence, opérée par la fille de M. Parenteau. Le flair de Normand Therrien et de ses associés a fait défaut et il l’a reconnu.Il a cependant expliqué en partie ses déboires par l’offre démesurée en matière de restauration à Saint-Hyacinthe. Même que selon lui, à peine 40 % des restaurateurs maskoutains feraient leurs frais. C’est gros, énorme même comme affirmation. En tout cas, on ne trouvera pas 40 % des propriétaires de resto pour le confirmer haut et fort, même si en coulisse, on raconte que certains seraient effectivement en difficultés.Chicane interne et de famille par ci, resto trop grand par là, roulement de chefs à gauche, manque de relève à droite, ça brasse pas mal dans les cuisines.Y a-t-il trop de restaurants à Saint-Hyacinthe? Du point de vue des consommateurs, on ne peut quand même pas se plaindre d’une offre abondante. Mais du point de vue des restaurateurs, c’est autre chose cependant. Bon, je ne sais pas s’il y a trop de restaurants chez nous, mais il y en a certainement beaucoup c’est un fait.Et plusieurs partagent les mêmes plates-bandes, la même clientèle et tous, en particulier les restaurateurs du centre-ville, n’ont pas la chance de profiter de l’achalandage naturel et du va-et-vient que provoque l’autoroute 20.Parlant de clientèle justement, elle reste passablement stable à Saint-Hyacinthe, si l’on se fie aux données démographiques. On a beau aimer manger au restaurant souvent, encore faut-il en avoir les moyens. Et même si notre budget le permet, une même personne ne peut pas manger dans quatre restaurants différents le samedi soir.Assisterons-nous à des fermetures en rafales? Je ne le souhaite pas. Mais ceux qui voudront survivre devront trouver moyen de se démarquer et surtout prendre les bouchées doubles, à défaut de nous les servir!

M.B.

image