11 septembre 2014
Tunnel Casavant: l’avenir du projet se jouera à Québec
Par: Jean-Luc Lorry
La députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, a défendu le dossier du tunnel Casavant lors de la visite du ministre de l’infrastructure Denis Lebel à Expo-Champs.  Photo François Larivière | Le Courrier ©

La députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, a défendu le dossier du tunnel Casavant lors de la visite du ministre de l’infrastructure Denis Lebel à Expo-Champs. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Dans le dossier du prolongement du boulevard Casavant Ouest, on semble loin de voir la lumière au bout du tunnel et les premiers coups de pelle mécanique ne sont pas pour demain.

Pour financer la construction d’un tunnel à quatre voies qui passeront sous les voies ferrées du Canadien National dans le secteur Douville, la Ville de Saint-Hyacinthe espère obtenir des subventions de Québec et Ottawa.

Mais avant de recevoir ces contributions financières qui représenteraient les deux tiers de la facture estimée à presque 30 M$, le projet doit être admissible au Nouveau Fonds Chantiers Canada.

La députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, a pris le relais de son prédécesseur Émilien Pelletier dans ce dossier majeur pour le développement industriel régional.

« Comme le gouvernement provincial a changé et que le Fonds Chantiers Canada est un nouveau programme, je reprends le dossier du tunnel Casavant à zéro. La conséquence de ces changements est que nous devrons attendre entre deux et trois ans avant de recevoir une possible contribution de Québec et Ottawa », a estimé Mme Soucy, en entrevue au COURRIER.

La députée caquiste a profité dernièrement de la visite du ministre fédéral Denis Lebel à Expo-Champs, un vaste salon agricole à ciel ouvert, pour défendre le dossier et s’informer de son évolution.

« Lors de ma rencontre avec le ministre Lebel, Il m’a dit que les critères d’admissibilité (du Nouveau Fonds Chantiers Canada) étaient déjà établis et que ces derniers n’avaient pas été fixés en fonction de notre projet de tunnel. Par contre, M. Lebel m’a assuré que les négociations dans ce dossier avec Québec n’étaient pas terminées », a indiqué Chantal Soucy.

Lors d’un point de presse, le ministre de l’Infrastructure et ministre de l’Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec a fait le point sur ce projet.

« Le gouvernement fédéral ne peut intervenir dans une municipalité du Québec. Nous, nous réagirons si le gouvernement provincial en fait une priorité. Bien sûr, j’ai entendu parler du dossier depuis longtemps et je sais qu’il est important pour le coin. Maintenant, il y a un processus à respecter et c’est d’abord une priorisation par la province », a affirmé M. Lebel.

Le 30 mai, la Ville avait déposé à Québec une demande de financement auprès de plusieurs ministères. Le mois dernier, les autorités municipales ont été avisées que cette demande avait été transférée au ministère des Transports.

« Pour le moment, il est impossible de statuer sur un éventuel financement du projet en vertu du Nouveau Fonds Chantiers Canada. Les modalités d’application font encore l’objet de discussions entre les deux paliers gouvernementaux », a répondu sur le sujet Véronique Lamarre, porte-parole du ministère des Transports pour la Direction de l’est de la Montérégie.

« Lorsque les modalités seront connues, le ministère des Transports fera une priorisation des projets qui lui auront été soumis », a poursuivi Mme Lamarre sans donner plus de détails.

Selon nos informations, une entente entre les deux paliers pourrait signée au plus tard au début 2015.

image