19 mars 2015
U T.O.D.pie
Par: Le Courrier

Quelques observations sur la démolition de l’E.T. Corset.

Je n’ai pas vu l’état intérieur des lieux, donc j’ignore si la destruction est la seule issue possible et si le bâtiment peut être préservé. Mais les projets de démolition font rarement l’unanimité et on l’a vu avec la Goodyear voisine.

Ce qui fait l’unanimité cependant, c’est l’urgence de revitaliser le secteur. Fin de l’unanimité. Sur les moyens à prendre pour y parvenir, la mésentente est évidente.

D’abord sur la volonté exprimée de densifier ce coin. Suis-je le seul à ne pas comprendre la logique de la densification urbaine à proximité d’une voie ferrée?

Faut-il refaire les erreurs du passé? N’a-t-on retenu aucune leçon de Lac-Mégantic?

Au lieu de se questionner sur les mauvais côtés de la voie ferrée, on nous ressort l’argument du fameux train de banlieue, un projet qui n’est malheureusement pas sur les rails de l’AMT pour le moment et qui ne le sera peut-être jamais.

Les promoteurs ont aussi demandé un allègement règlementaire afin de limiter le nombre de stationnements requis dans leur projet élaboré selon le principe du Transit-oriented development (TOD). Ce concept d’urbanisme désigne un quartier établi autour d’une station de train, de métro ou d’autobus qui permet aux gens qui y résident de faire toutes leurs emplettes à pied, sans avoir à utiliser leur voiture.

Disons qu’il est assez utopique de penser que ce projet immobilier pourra s’auréoler du TOD. Nous sommes même à des années-lumière de pouvoir le faire. L’exemple de Mont-Saint-Hilaire est peut-être ce qui se rapproche le plus du TOD. Là-bas, l’arrivée du train de banlieue a permis à tout un quartier de se développer. Les maisons ont poussé comme des champignons. Le hic, c’est que le commerce et les services de proximité n’ont pas suivi, au grand dam de plusieurs résidants. L’absence de train de banlieue, la desserte limitée en transport en commun et l’isolement du site par rapport à des services de base comme une épicerie ne militent pas en faveur du TOD chez nous.

La question du manque de stationnement est déjà criante dans le secteur de la rue Delorme et tous les résidants vous le diront. J’en ai déjà fait l’expérience et heureusement que la cour de la Goodyear était accessible en hiver. Avec la revitalisation annoncée, cette option n’existera plus et il y aura forcément plus de locataires, donc plus de voitures dans les rues. Gros problème à l’horizon.

M.B.

image