19 mai 2016
Palmarès des villes
Un 2e rang pour Saint-Hyacinthe
Par: Benoit Lapierre
Photothèque | Le Courrier ©

Photothèque | Le Courrier ©

La Ville de Saint-Hyacinthe occupe une place fort enviable dans le nouveau palmarès des villes que propose le Centre de la productivité et la prospérité de l’École des hautes études commerciales HEC Montréal.

Publicité
Activer le son

Dans la catégorie des municipalités de 50 000 à 99 999 habitants, les auteurs du palmarès 2016 lui accordent le deuxième rang sur 10 quant au coût moyen des services à la population. Après examen des données municipales 2014, éléments de base du palmarès, il a été établi que Saint-Hyacinthe dépensait moins que les villes de sa catégorie dans une proportion de 11,28 %. Sur ce plan, Saint-Hyacinthe n’est devancée que par Drummondville, où le coût moyen des services est inférieur de 18,45 % à celui observé pour tout le groupe.

Le maire Claude Corbeil se réjouit évidemment de ce résultat et affirme qu’à Saint-Hyacinthe, la saine gestion financière va de pair avec des services municipaux de qualité. « Nous poursuivons nos efforts afin que la Ville maintienne cette position avantageuse pour le plus grand bénéfice de nos citoyens », a-t-il souligné dans un communiqué.

La Ville signale qu’elle se maintient parmi les trois premières positions de son groupe dans 10 catégories. Par exemple, elle est troisième pour le coût de l’administration générale par habitant – 148,58 $, alors que la moyenne du groupe est de 195,56 $ -, et trône au premier rang en ce qui a trait à l’endettement total net à long terme par tranche de 100 000 $ de richesse foncière uniformisée (RFU). Elle obtient un résultat de 978 $ par tranche, comparativement à la moyenne de 2382 $ pour tout le groupe.

Au chapitre des salaires, Saint-Hyacinthe était première dans le palmarès précédent (états financiers 2012) et le demeure dans la nouvelle compilation, qu’il s’agisse de la rémunération globale (59 543 $ – moyenne du groupe : 78 325 $) ou de celle de chaque groupe d’employés. Ainsi, en 2014, le salaire moyen des cadres se situait à 81 445 $ à Saint-Hyacinthe, comparativement à 111 707 $ en moyenne pour le groupe de référence.

En ce qui a trait à l’ensemble des dépenses, Saint-Hyacinthe ravit le troisième rang de son groupe avec un ratio de 1398 $ par habitant, la moyenne se situant à 1524 $/h. Là aussi, c’est Drummondville qu’on retrouve au premier rang (1249 $/h), devançant Granby, deuxième (1309 $/h).

Mais selon le maire de Granby, Pascal Bonin, on ne peut comparer les villes entre elles sur le plan des finances à cause de la desserte policière, qui n’est pas la même partout.

« La facture de notre service policier, nous la payons à 100 % en plus de subventionner le service de police de Drummondville (desserte par la Sûreté du Québec) par nos taxes et nos impôts », a-t-il déclaré au journal La Voix de l’Est en commentant le dernier palmarès des HEC.

En 2014 toutefois, l’écart entre le coût des services dispensés par la SQ à Saint-Hyacinthe (174 $ par habitant) et celui de la sûreté municipale à Granby (179 $ par habitant) n’était pas très grand. Il s’est creusé depuis, avec une réduction significative de la facture « SQ ». À Saint-Hyacinthe, en 2016, les services policiers coûteront 232 500 $ de moins que l’année précédante, cette dépense étant passée de 9,61 M$ à 9,38 M$.

image