15 septembre 2016
Un an après un cancer diagnostiqué, William revient sur le terrain
Par: Maxime Prévost Durand
William Mongrain sera l’un des enfants-héros du Circuit bleu, une activité de financement de la Fondation du Centre de cancérologie Charles-Bruneau qui se déroule du 15 au 18 septembre.  Photo : François Larivière | Le Courrier

William Mongrain sera l’un des enfants-héros du Circuit bleu, une activité de financement de la Fondation du Centre de cancérologie Charles-Bruneau qui se déroule du 15 au 18 septembre. Photo : François Larivière | Le Courrier

En juin 2015, William Mongrain recevait un diagnostic de cancer. Atteint d’un lymphome lymphoblastique (cancer des ganglions), ce grand sportif entamait une nouvelle joute, celle où il devait lutter pour sa vie. Un an plus tard, il est déjà de retour sur les terrains de baseball et de golf.

Publicité
Activer le son

« Depuis avril, ça va vraiment bien », lance le jeune homme de 18 ans, qui vient tout juste de faire son entrée au Cégep de Saint-Hyacinthe en sciences de la nature. Même si le taux de guérison de ce cancer frôle les 85 %, une dure bataille doit être livrée dès sa détection pour éviter qu’il ne progresse.

Il y a deux ans, William jouait au hockey avec les Gaulois d’Antoine-Girouard midget espoir et au baseball avec les Guerriers de Richelieu-Yamaska en classe AA. Il était loin de se douter qu’il tomberait malade subitement. « Au début j’avais mal aux côtes. Je pensais que c’était à cause du hockey, parce que je m’étais fait frapper. Mais en consultant un physio et un chiro, ils ne trouvaient rien. » C’est en allant chez le médecin et en passant des tests qu’une masse a été découverte. « J’avais une bosse de la grosseur d’une balle de softball au thorax », se souvient-il.

Le cancer qui touche William est sensiblement le même qui avait atteint l’ancien capitaine du Canadien de Montréal, Saku Koivu, au début des années 2000. Un traitement intensif a été enclenché dès sa détection, si bien que William a passé près d’un mois à l’hôpital Sainte-Justine.

« Plus tard dans l’été, après être sorti de l’hôpital, je suis allé frapper une balle de golf, une seule, et j’ai été knockout pendant deux jours », soutient-il, témoignant de la force du traitement sur le corps.

À travers les hauts et les bas de la dernière année, William semble sur la bonne voie pour que la suite soit surtout composée de hauts. Il a recommencé cet été à jouer au golf au club de Saint-Hyacinthe, où il travaille, en plus de faire partie de l’alignement des Guerriers de Richelieu-Yamaska junior AA au baseball.

« C’est un traitement qui dure 26 mois, indique-t-il. J’aurai fini en octobre 2017. J’ai encore de la chimio, mais c’est vraiment moins fort qu’au début. »

Dimanche, William sera un enfant-héros dans le cadre du Circuit bleu, une activité de financement de la Fondation du Centre de cancérologie Charles-Bruneau. Tenu du 15 au 18 septembre, le Circuit bleu consiste à parcourir en kayak tout le tour de l’île de Montréal dans le but d’amasser des fonds.

Plus tard cet automne, le 6 octobre, son frère Félix tiendra un tournoi de golf au profit de la cause au Club de golf de Saint-Hyacinthe dans le cadre de son projet personnel à l’École secondaire Saint-Joseph.

image