25 mai 2017
Pornographie juvénile
Un an de prison pour un ancien prêtre du diocèse
Par: Maxime Prévost Durand
Daniel Moreau, dans les années 1990, alors qu’il était curé à Saint-Hyacinthe.

Daniel Moreau, dans les années 1990, alors qu’il était curé à Saint-Hyacinthe.

L’ancien prêtre du diocèse de Saint-Hyacinthe Daniel Moreau devra purger une peine d’un an de prison en lien avec la possession, la distribution et la production de pornographie juvénile. Arrêté en 2013, l’homme de foi avait reconnu plus tôt cette année sa culpabilité à 16 des 17 chefs d’accusation auxquels il faisait face.

Publicité
Activer le son

La peine imposée correspond à une suggestion commune faite par les procureurs de la Couronne et de la Défense. Il s’agit de la peine minimale pour ce genre d’infractions. Dans un rapport soumis à la cour, un psychothérapeute a indiqué que le risque de récidive était nul.

Avant de prendre le chemin de la prison, Daniel Moreau a tenu à demander pardon, bien conscient des dommages collatéraux de ses gestes. Il a notamment fait référence à ses confrères de l’église « qui ont été entachés par ça ».

De nombreux fichiers de pornographie juvénile avaient été saisis dans son ordinateur. Des photos et des vidéos avaient été retrouvées, mais aussi des écrits, dont certains venant de sa plume qu’il partageait sur des sites.

Durant les procédures judiciaires, l’homme aujourd’hui âgé de 60 ans avait été libéré, mais devait respecter plusieurs conditions. Parmi celles-ci, il lui était interdit d’être en contact avec des mineurs et de posséder ou d’utiliser du matériel informatique. En plus de se conformer à toutes ces conditions, le prêtre a suivi une thérapie.

Dès son arrestation en mars 2013, le prêtre avait automatiquement été relevé de ses fonctions par le diocèse de Saint-Hyacinthe, où il œuvrait depuis une trentaine d’années. Daniel Moreau avait été curé à Saint-Hyacinthe des paroisses Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement et Saint-Thomas-d’Aquin (lesquelles sont fusionnées depuis 2007) durant les années 1990. Au moment de son arrestation, il occupait le poste de prêtre modérateur dans la région de Sorel-Tracy. Il avait aussi prêché l’Évangile à Granby et à Beloeil au cours de sa carrière.

Procès de deux frères maristes

Le procès des deux frères maristes Daniel Cournoyer et Réjean Trudel, accusés d’attentat à la pudeur, s’est entamé mardi au Palais de justice de Saint-Hyacinthe. Une première victime est venue raconter à la cour les sévices d’ordre sexuel qu’elle aurait subis dans les années 1970.

L’homme qui s’est présenté à la barre des témoins, dont l’identité ne peut être révélée puisqu’il était mineur au moment des gestes, a soutenu avoir vécu plusieurs épisodes d’attouchements sexuels de la part du frère Cournoyer alors qu’il était hébergé au Patro Lokal. Cet endroit, situé sur la rue Pratte à l’époque et dirigé par les Frères Maristes, accueillait sur une base volontaire des garçons de 12 à 17 ans issus de milieux défavorisés.

Arrêtés en novembre 2014, les frères Cournoyer et Trudel avaient été libérés sous certaines conditions pour la durée des procédures judiciaires. Au total, cinq présumées victimes doivent être entendues d’ici la fin de la semaine. Le procès est prévu pour une durée de quatre jours.

image