7 juin 2012
Saint-Valérien-de-Milton
Un autre incendie ravageur
Par: Le Courrier
Plusieurs meubles étaient entreposés dans la remise où les flammes ont pris naissance, ce qui aurait alimenté le feu.

Plusieurs meubles étaient entreposés dans la remise où les flammes ont pris naissance, ce qui aurait alimenté le feu.

Une malédiction semble s’installer sur le 11 e rang à Saint-Valérien-de-Milton alors qu’un autre incendie majeur, d’origine électrique, s’est déclaré samedi dernier. Cette fois-ci, une maison logeant trois personnes a été la proie des flammes et a dû être démolie après de longues heures de travail de la part des pompiers.

publicité

Un appel d’urgence a alerté les pompiers du service des incendies de Saint-Valérien-de-Milton vers 18 h 40. Une fois sur place, ils ont dû demander des renforts immédiats aux services des incendies des villes avoisinantes. Les pompiers d’Upton et de Roxton Falls se sont rapidement rendus sur les lieux, suivis plus tard par ceux d’Acton Vale et de Saint-Dominique. Au total, une trentaine de pompiers ont tenté de maîtriser et d’éteindre l’incendie.

Alors que les occupants de la demeure étaient à table, les premières flammes se sont déclarées dans une remise collée à la maison. La maison située au 1287, 11 e rang a rapidement été touchée. Les locataires ont heureusement pu sortir sans blessure. Le feu s’est par la suite propagé dans les murs et le toit de la demeure vieille d’une centaine d’années, rendant le travail des pompiers encore plus ardu. « Ces vieilles maisons rendent souvent notre travail plus difficile. Elles ont subi plusieurs rénovations et elles sont isolées avec des sciures de bois notamment, ce qui alimente le feu et le propage dans toutes les directions », soutient Sylvain Laplante, directeur du service des incendies de Saint-Valérien.Après quelques heures de travail, les pompiers ont opté pour la démolition de la maison, n’arrivant pas à éteindre le brasier. « La situation devenait trop dangereuse pour tout le monde, alors plutôt que de retrouver des pompiers blessés, nous avons fait venir une pelle mécanique pour démolir la résidence. » La maison, d’une valeur de 150 000 $ selon des estimations, est donc une perte totale, au grand désarroi de ses occupants.

Des pompiers occupés

L’année 2012 est exceptionnelle pour les pompiers de Saint-Valérien-de-Milton. « Depuis l’incendie à l’usine Olymel, ça n’arrête plus. Il y a eu le feu à la ferme porcine (qui a causé la perte de 900 truies), un poulailler a aussi été la proie des flammes en plus des deux autres immeubles locatifs », raconte M. Laplante.« Habituellement, nous sommes là au cas où il y aurait un feu, mais je trouve qu’il y a pas mal « d’au cas où » cette année, blague-t-il. Il faudrait que ça arrête un peu. »

image