26 septembre 2013
Un avertisseur de monoxyde de carbone peut sauver des vies
Par: Le Courrier

En ce début de période de chauffage, la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (CMMTQ) tient à rappeler que toxique, invisible et inodore, le monoxyde de carbone (CO) est un gaz dont il faut se méfier.

Il est produit entre autres lorsqu’un appareil de chauffage brûle un combustible, par exemple le mazout, le gaz naturel, le propane ou le bois. Un mauvais fonctionnement de l’appareil ou son utilisation dans un endroit clos ou mal ventilé peut entraîner une intoxication au CO et même la mort.

La prévention demeure la meilleure amie de tous en matière de CO. Une vérification périodique du système du chauffage fonctionnant au mazout, au gaz naturel, au propane ou au bois s’avère donc un choix judicieux. Il faut s’assurer :- de faire effectuer l’entretien du système de chauffage par une entreprise qualifiée; – du bon état des conduits d’évacuation des gaz de la fournaise ou de la cheminée; – de faire ramoner la cheminée; – que les gaz de combustion ne reviennent pas dans l’habitation (pression négative causée par le ventilateur de la salle de bains, l’échangeur d’air ou la hotte de la cuisinière). Confier cette vérification à un maître mécanicien en tuyauterie est la meilleure garantie. Il est le seul spécialiste habilité à faire l’entretien d’un système de chauffage. Vous trouverez la liste de tous les maîtres mécaniciens en tuyauterie membres de la CMMTQ sur le site www.cmmtq.org, dans le répertoire des membres.

L’avertisseur de CO

En plus de l’entretien périodique du système de chauffage, un ou des avertisseurs de CO doivent être installés dans l’habitation. Ce petit appareil est conçu pour mesurer, sur une base continue, la concentration de CO dans l’air ambiant. Il émet un signal d’alarme avant que ce gaz représente un risque important pour la santé et que les personnes éprouvent des symptômes d’intoxication. Le détecteur de fumée n’est pas un avertisseur de CO. Seul l’avertisseur de CO combiné peut détecter à la fois la présence de CO et de fumée.

Vous pouvez vous procurer un avertisseur de CO dans la plupart des quincailleries et des magasins à grandes surfaces. Assurez-vous toutefois que l’un des trois logos de certification suivants figure sur l’avertisseur ou sur son emballage : le logo de l’Association canadienne de normalisation (CSA) avec la mention « CSA 6.19-01 », le logo de la CSA montrant que l’avertisseur répond aux exigences de sécurité électrique (choc et incendie), le logo des Laboratoires des assureurs du Canada (ULC). Vous pouvez également trouver ce logo avec la mention « UL2034 » sur certains avertisseurs de marques américaines. Le choix de l’avertisseur variera selon les possibilités suivantes : a) Si la résidence a une source permanente de CO (ex.: fournaise à l’huile ou à gaz naturel ou propane, poêle à bois), l’avertisseur devra comporter les éléments suivants :- un signal sonore ou lumineux indiquant une défaillance de l’avertisseur; – des signaux d’alarme lumineux et sonore; – un bouton test permettant de vérifier le bon fonctionnement de l’appareil; – idéalement, un affichage numérique de concentration de monoxyde de carbone. b) Si vous utilisez occasionnellement une source de CO (foyer, chaufferette, réfrigérateur au propane, véhicule, etc.) à l’intérieur de la résidence, d’un chalet ou d’un garage, vous devrez installer un avertisseur ayant au moins:- des signaux d’alarme lumineux et sonore; – un dispositif de branchement (plug-in); – une pile de secours en cas de panne électrique; – un avertisseur de pile faible. Les aspects les plus importants à retenir lors de l’achat d’un avertisseur sont :- le type d’alimentation: piles, électricité (fiche, fil électrique), combinée (piles et électricité); – le type d’alarme : visuelle, sonore, combinée (visuelle et sonore); – la présence ou non d’un avertisseur de pile faible; – la présence ou non d’un afficheur de concentration de CO; – l’existence de modèles combinés : avertisseurs de CO et de fumée. Il est préférable d’installer un avertisseur à chaque étage de la maison et au sous-sol si nécessaire (si présence d’une source de monoxyde de carbone), notamment près des chambres à coucher et de la porte donnant accès au garage. Par contre, certains emplacements sont à éviter pour ne pas endommager l’avertisseur :- une pièce trop chaude (37,8 oC) ou trop froide (4,4 oC); – la cuisine ou un point situé à moins de deux mètres de tout appareil de cuisson; – l’intérieur d’une source d’humidité, comme une salle de bains, ou tout point situé à moins de six mètres de cette source; – à proximité d’une sortie ou d’une entrée d’air (système de ventilation, courant d’air); – une pièce non aérée où sont entreposés des produits chimiques; – l’intérieur même d’un garage; – l’espace mort des plafonds cathédrale (en « A »). -30-

image