29 septembre 2016
Un beau jour
Par: Martin Bourassa

Permettons-nous de savourer le moment quelques instants. D’afficher et de partager notre fierté toute légitime au moment où débute enfin le grand chantier de construction du centre de congrès municipal et de l’hôtel Sheraton.

Publicité
Activer le son

Ce n’est pas tous les jours que l’on assiste au démarrage d’un projet de 65 millions de dollars qui annonce des retombées substantielles dans la communauté. Il sera toujours temps de s’inquiéter de la concurrence ou de la rentabilité de tout cela plus tard, mais pour l’instant, il est permis de se péter les bretelles un peu. Et de saluer l’optimisme, l’ambition, la confiance et l’implication des partenaires tant publics que privés.

On imagine mal toute la complexité de la chose et les énergies qui ont dû être déployées de part et d’autre pour attacher toutes les ficelles et accoucher d’un projet semblable dans un cadre aussi rigide et règlementé que celui du municipal. Tant et si bien qu’on avait un peu sous-estimé l’ampleur du défi, ce qui explique les reports nécessaires dans l’échéancier de départ. La satisfaction est d’autant plus grande et elle était palpable sur tous les visages lors de la pelletée de terre symbolique.Plus rien, ni personne ne pourra empêcher Saint-Hyacinthe de retrouver la place qui lui revient dans la convoitée et compétitive industrie du tourisme d’affaires.

Dans moins de 18 mois, Saint-Hyacinthe fera un grand retour dans le secteur du congrès. Un retour en force, que dire un redoutable et redouté retour, en offrant un complexe intégré flambant neuf qui n’aura aucun équivalent entre Montréal et Québec.

Il faut saluer la persévérance du maire Claude Corbeil, qui malgré les embûches, les revers et les controverses, n’a jamais baissé les bras et a continué de croire et de véhiculer que Saint-Hyacinthe avait les moyens de ses ambitions. « Saint-Hyacinthe va pouvoir compter sur ce puissant moteur pour la relance de son économie. Elle revient par la grande porte avec un complexe exceptionnel qui fera la fierté des Maskoutains », a exposé M. Corbeil en conférence de presse.

Ce moteur dont a fait état notre maire, c’est un moteur maskoutain, un moteur que nous nous sommes donné et payé en bonne partie, vu l’ampleur de la contribution municipale qu’il commande. En même temps, c’est cette contribution qui a convaincu son partenaire Beauward d’en investir tout autant, même bien davantage si on fait le calcul de tous les chantiers annoncés et poussés par Beauward.

À cet effet, il faut quand même souligner le degré d’engagement de Marc Bibeau envers la communauté locale et d’affaires de Saint-Hyacinthe. Les millions qu’il a investis et investira encore dans les Galeries et autour, il aurait pu les dépenser ailleurs ou les garder pour lui. Il a plutôt décidé de miser sur Saint-Hyacinthe.

Dommage qu’il n’était pas là mardi matin pour savourer ce moment. Sans doute qu’il préfère les coupes de ruban et les inaugurations aux pelletées de terre.

image