11 décembre 2014
Un café pour la Fondation Honoré-Mercier?
Par: Le Courrier

La Fondation Honoré-Mercier, qui souhaite diversifier ses sources de revenus, pourrait opérer sous peu un café dans l’entrée principale de l’hôpital du même nom.

publicité

La fermeture de la boutique Honorine n’est pas écartée au C.H. Honoré-Mercier

La Fondation a obtenu l’accord du conseil d’administration du Centre de santé et de services sociaux Richelieu-Yamaska (CSSSRY) pour se lancer dans le développement d’activités complémentaires commerciales.

« La Fondation nous a récemment approchés avec l’idée de faire un café, ce que le conseil a accepté, tout en s’assurant que l’Hôpital n’aurait pas à investir d’argent dans le projet. Avant, le financement reposait sur les levées de fonds, qui se poursuivront, mais maintenant, la Fondation veut développer un modèle plus commercial », a expliqué le président du c.a., Jean Lemonde.

Aucun contrat n’a toutefois été signé entre la Fondation et une concession de café pour le moment.

D’après la direction du CSSSRY, de nombreuses modalités restent à conclure avant qu’un projet de ce genre ne voie le jour. Le point « Café Honorine » a même été retiré de l’ordre du jour lors du dernier conseil d’administration. Il y aurait été mis par erreur.

Pas de Starbucks

Des rumeurs avaient laissé entendre que la chaîne de café Starbucks aurait pu s’installer dans le local où loge actuellement la boutique Honorine, à l’entrée de l’Hôpital Honoré-Mercier, mettant ainsi fin à ses activités.

La directrice générale de la Fondation, Isabelle Doyon, a rapidement démenti la rumeur, affirmant qu’il n’était pas dans les plans qu’un investisseur privé s’établisse à l’hôpital, mais plutôt un « projet générateur de profits » pour l’établissement de santé.

Elle a également reconnu que le local occupé par la boutique Honorine était un emplacement de choix et a évoqué un possible partage des lieux entre la boutique et le projet de la Fondation.

Il semblerait toutefois que si le projet de café se concrétise, les jours de la boutique Honorine soient comptés.

D’après Jean Lemonde, les profits générés par le café de la Fondation permettraient à l’Hôpital de se doter d’un salon des départs, lequel serait localisé à la place, ou en partie, de la boutique Honorine. « Les budgets ne nous permettent pas de mettre en place un salon des départs et c’est un besoin. Sachant que les fonds amassés par la Fondation nous reviennent, nous avons tout avantage comme établissement à aller de l’avant. »

Un salon des départs est une salle d’attente pour les usagers ne pouvant retourner à la maison immédiatement après avoir obtenu leur congé.

« Honorine est une très belle boutique, mais est-ce le type de marchandise dont nous avons besoin dans un hôpital? Peut-être que le café répondra plus aux besoins des usagers », a indiqué M. Lemonde, qui affirme ne pas être au courant d’une possible fin de contrat avec la boutique Honorine.

La responsable de la boutique n’a pas souhaité commenter le dossier.

image