18 septembre 2014
Tunnel Casavant
Un chantier sans subvention reste possible, selon Corbeil
Par: Benoît Lapierre

Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, a nuancé lundi les propos qu’il tenait une semaine plus tôt dans le dossier du tunnel ferroviaire Casavant, un projet de 30 millions $ qui a été mis en veilleuse en attendant la confirmation de subventions.

publicité

« Je n’ai jamais dit : pas d’argent, pas de tunnel. Mais il est impensable de ne pas aller voir si on peut obtenir de l’aide. On le saura dans les prochaines semaines », a-t-il déclaré lundi soir, au point de presse qui a suivi la séance du conseil municipal.

Dans les jours précédents, lorsqu’invité à livrer le fond de sa pensée sur l’avenir du projet si les subventions n’étaient pas au rendez-vous, il avait plutôt affirmé « on ne peut endetter la Ville de 30 millions $ pour un tunnel », comme LE COURRIER l’a rapporté dans son édition du 11 septembre.

Agissant dans le dossier à titre de maître d’oeuvre, le Canadien National (CN) attend les instructions de la Ville avant de poursuivre les préparatifs. Le maire Corbeil a confirmé que la Ville avait demandé au CN de tout arrêter jusqu’à nouvel ordre. Cette initiative, prise sans résolution du conseil municipal, va à l’encontre de la décision du 3 décembre 2012. Après la tenue de trois séances d’information et la réalisation d’un sondage Léger Marketing qui avait démontré que 53 % des gens préféraient le tunnel à un passage à niveau, le conseil avait retenu l’option du tunnel à quatre voies pour la réalisation du dernier tronçon du boulevard Casavant Ouest, et le CN en avait été informé.

On sait que la Ville a présenté ce projet dans le cadre du nouveau Fonds Chantiers Canada, dans l’espoir qu’il soit retenu et financé aux deux tiers par Ottawa et Québec. « Les sauts-de-mouton et étagements ferroviaires pourraient être admissibles. Le mot « pourraient » nous permet de travailler, mais la décision appartient aux provinces. La porte d’entrée, c’est le gouvernement du Québec », a expliqué le directeur général de la Ville, Louis Bilodeau.

Mais le maire Corbeil a laissé entendre que les dernières nouvelles n’étaient pas des meilleures. « On a eu une réponse d’un représentant du ministère des Transports qui n’est pas satisfaisante. D’ici la fin de l’année, il faut qu’on soit dans la pile des projets retenus »,affirme-t-il.

Par ailleurs, Claude Corbeil a annoncé lundi que Saint-Hyacinthe allait obtenir une aide financière de 15,8 millions $ sur cinq ans dans le cadre de la nouvelle entente fédérale-provinciale sur la taxe sur l’essence. En théorie, cette aide ne doit servir qu’aux projets d’infrastructures municipales, comme le remplacement des conduites d’aqueduc et d’égout. « On nous dit que 20 % de la somme pourrait être employée à des projets d’une autre nature, mais ça resterait à valider », a-t-il précisé.

image