23 août 2012
Affichage controversé sur une fourgonnette
Un citoyen provoque la Ville
Par: Jean-Luc Lorry
Le Maskoutain Roger Guignard a apposé sur sa fourgonnette un message provocateur envers la Ville de Saint-Hyacinthe.

Le Maskoutain Roger Guignard a apposé sur sa fourgonnette un message provocateur envers la Ville de Saint-Hyacinthe.

Le Maskoutain Roger Guignard joue-t-il la carte de la provocation en affichant sur son véhicule le message « St-Hyacinthe ville de collusion et de corruption »?

publicité

Difficile à connaître les raisons de cette initiative inusitée puisque le principal intéressé a refusé net de motiver au COURRIER sa démarche après avoir confirmé être le propriétaire du véhicule en question.

La fourgonnette jaune de marque GMC portant ce message a été aperçue par plusieurs personnes garée dans le stationnement des Galeries St-Hyacinthe. Roger Guignard est propriétaire de la Vitrerie Teknica 2003 située sur la rue Bibeau à Saint-Hyacinthe. Interrogée sur le sujet, la porte-parole de la Ville s’est peu avancée sur les conséquences du geste puisque l’auteur ne s’est pas identifié auprès de l’administration municipale.

« Ce citoyen n’a pas communiqué directement avec la municipalité pour faire état de ces accusations envers nous », indique Joëlle Jetté, chef de la Division communications et relations publiques à la Ville de Saint-Hyacinthe.À l’Hôtel de ville, on précise que la réglementation municipale ne prévoit aucune sanction ni interpellation concernant ce genre d’initiative.« Nous ne sommes pas rendus à l’étape de regarder si des recours devant les tribunaux seraient envisageables. Mais cela ne veut pas dire que nous ne le ferons pas. Nous ne voulons pas prendre l’initiative de ce citoyen à la légère », précise Mme Jetté.

Réactions du conseiller Bousquet

Informé de la présence de cette fourgonnette jaune, le conseiller municipal David Bousquet a utilisé les réseaux sociaux pour obtenir rapidement une photo du véhicule.

« Ce geste ressemble à une vengeance personnelle. Selon moi, c’est utiliser le discours de la politique provinciale pour faire mal paraître la Ville. Je regrette âprement ce genre d’initiative qui ne peut qu’alimenter le cynisme vis-à-vis la politique municipale », mentionne le conseiller du district Sacré-Coeur.Actif sur la scène municipale depuis novembre 2009, David Bousquet assure qu’aucun indice ne le laisse croire qu’il y a eu depuis son élection comme conseiller de malversations dans certains dossiers. « Lorsqu’on affirme que Saint-Hyacinthe est une ville de collusion et de corruption, il faut s’adresser à la police et avancer des preuves », considère David Bousquet.

Connu du Service juridique

Ce citoyen possède une longue feuille de route de différends avec la municipalité et il est bien connu du Service juridique de la Ville.

En 1996, ce vitrier avait manifesté son mécontentement contre sa compagnie d’assurance (à propos du délai d’indemnisation) en installant des affiches sur son terrain. La Ville avait alors invoqué le règlement municipal qui interdisait l’installation d’enseignes publicitaires dans certaines zones. Une longue partie de bras de fer avait suivi entre les deux parties. Celle-ci s’était conclue devant les juges de la Cour suprême du Canada qui avaient unanimement donné raison à M. Guignard et obligés la Ville à modifier son règlement municipal sur l’affichage.L’an dernier, ce même citoyen a refusé de respecter une ordonnance de la Ville qui l’obligeait à effectuer plusieurs travaux à son immeuble jugé vétuste et non sécuritaire.« En fait, la seule contribution de ce citoyen au devenir de la Ville de Saint-Hyacinthe est d’avoir généré un gaspillage honteux des fonds publics en poursuivant la municipalité de manière abusive et d’enlaidir le centre-ville en ne prenant pas soin de sa propriété », de conclure David Bousquet.

image