11 octobre 2018
Un commerçant exaspéré
Par: Le Courrier
Un commerçant exaspéré

Un commerçant exaspéré

Il m’en est arrivé une bonne cette semaine. Une cliente m’appelle pour me dire qu’elle devait annuler sa réservation de groupe à notre restaurant. Elle mentionne que, depuis quelque temps, c’est pire que pire au centre-ville. Il y a trop de rues fermées et pas assez de stationnements à proximité. Elle me promet que, lorsque tout sera rentré dans l’ordre, elles reviendront à leur resto préféré. Pour terminer, elle me demande de lui rendre un petit service, car une personne du groupe n’a pu être jointe pour l’aviser du changement de resto; elle se fie à moi pour lui dire qu’elle devrait se rendre dans un resto au nord de la ville.

publicité

À tous les clients qui me demandaient l’échéancier des travaux du Marché et à qui je répondais qu’aux vacances de la construction, le côté de l’avenue Saint-François devait être terminé et qu’après les vacances, le côté de l’avenue Saint-Simon commencerait pour se terminer à la fin novembre, je ne faisais que vous transmettre ce que les dirigeants de la Ville nous disaient.

Mes clients eux-mêmes entrepreneurs me disaient que c’était impossible parce qu’il n’y avait pas assez de personnel sur le chantier. Je leur répondais que la compagnie St-Denis Thompson était censée être experte dans ce genre de travaux, et bien, j’avais tort. Il n’y avait définitivement pas assez de personnel sur place pour respecter l’échéancier.

Aux clients qui me demandent s’il ne semble plus avoir d’activités de ce côté-ci, pourquoi ne peut-on pas reprendre le stationnement? Je vous réponds que je ne sais pas et que je ne veux pas le savoir. J’ai essayé d’être aussi positif que possible tout au long de cette aventure, mais j’ai de la difficulté à continuer dans la même veine. Pour plusieurs d’entre vous, c’est une vraie risée ce chantier, mais pour moi, c’est ce qui me fait perdre 25 % de mon chiffre d’affaires, et pas seulement pour quatre mois comme prévu, mais le double de temps. Comment peut-on se tromper de 100 %? Moi non plus, ça ne me rentre pas dans la tête.

La Ville a acheté récemment des immeubles pour aménager tout près du Marché une centaine de places de stationnement. Je me pose la question : on attend quoi pour commencer? S’il fallait qu’un jour la Ville accepte les demandes des commerçants et élimine les horodateurs pour appliquer la même réglementation qu’autour du marché et sur la rue des Cascades (90 minutes), la population reviendrait en masse, car on n’aura jamais eu un si beau centre-ville. Depuis le temps qu’on en parle, on pourrait passer à autre chose. 

image