13 février 2020
Forum
Un déneigement exécrable
Par: Le Courrier

De mémoire de Maskoutain, il y a longtemps que je n’ai pas vu notre ville aussi mal déneigée après une tempête. Je l’admets : il est tellement facile de jouer au gérant d’estrade et de chialer. La tempête qui s’est abattue le 7 février en était une vraie, comme on n’en a pas souvent durant l’hiver. Et loin de moi l’idée de critiquer les cols bleus, car je suis porté à croire qu’ils ont fait leur maximum. C’est plutôt l’administration municipale que je questionne.

Publicité
Activer le son

Faut-il rappeler que la tempête a eu lieu VENDREDI. Or, lundi matin, je me serais attendu à ce que les trottoirs soient au moins dégagés pour permettre aux piétons de circuler. Je me serais aussi attendu à ce que le chargement de la neige ait débuté dans la nuit de dimanche à lundi, comme cela a toujours été le cas à la Ville.

Or, lundi matin, DEUX JOURS après la tempête, les trottoirs au centre-ville étaient impraticables. Plusieurs devaient se résigner à marcher dans les rues déjà étroites par l’accumulation de la neige, malgré la circulation automobile.

Devant ma maison, rue de la Concorde, la chenillette était passée samedi en laissant des ornières de 30 cm! J’ai déblayé moi-même une partie du trottoir pour accommoder les marcheurs.

Pourquoi les chenillettes ne sont-elles pas passées dimanche ou dans la nuit de dimanche à lundi pour permettre le retour des travailleurs lundi matin? Ne devrait-on pas faciliter la circulation des piétons afin qu’ils puissent laisser leur véhicule à la maison pour ne pas encombrer les stationnements déjà rares? Pourquoi n’avait-on pas commencé à charger la neige dans les rues principales?

Bien sûr, on nous répondra que tout cela coûte de l’argent. Savez-vous quoi? Si vous avez regardé le pamphlet qui accompagnait votre compte de taxes, vous remarquerez que le premier poste de dépenses en importance à la Ville de Saint-Hyacinthe, c’est le service de la dette. Pas les services aux citoyens.

Il y a, comme qui dirait, un léger problème.

Roger Lafrance,
Saint-Hyacinthe

image