14 mai 2020
Finissants du secondaire
Un dernier tour de piste en robe de bal!
Par: Véronique Lemonde

Marie-Philippe Chicoine, finissante de cinquième secondaire, tout élégante devant l’École secondaire Casavant. Photo gracieuseté

L’année scolaire des étudiants du secondaire a pris fin abruptement en mars dernier, du moins pour ce qui est de leur présence physique dans les écoles de la province. Avec l’annulation des bals de finissants en juin prochain, les étudiants de cinquième secondaire doivent gérer une déception encore plus vive. Cependant, certains, comme Marie-Philippe Chicoine, n’ont pas hésité à enfiler leurs plus beaux atours pour une dernière visite dans leur école des cinq dernières années.

Publicité
Activer le son

« Je suis membre de la page Facebook Les secondaires 5 en quarantaine où plus de 30 000 jeunes s’encouragent dans la situation actuelle. J’ai alors vu que plusieurs filles allaient chercher leurs effets scolaires vêtues de leur robe de bal et cela m’a inspirée », raconte Marie-Philippe, finissante de la concentration en arts de l’École secondaire Casavant. C’est donc habillée de sa magnifique robe de tulle blanche et pailletée que la jeune femme s’est présentée à l’école Casavant la semaine dernière.

« Le bal, c’est notre rêve de petite fille, donc cela déçoit davantage les filles que les garçons, selon moi. Cela couronne cinq années de travail, mais présentement, nous ne savons pas encore s’il pourra y avoir un événement qui soulignera notre promotion à l’automne, par exemple. J’avais super hâte à mon bal et ma robe était achetée depuis au moins deux mois. Ce magasinage, ce fut un super beau moment avec ma mère, donc en allant chercher mes effets avec ma robe, j’ai voulu en faire un autre bon souvenir au lieu d’être triste. »

Marie-Philippe Chicoine n’avait d’ailleurs que de bons mots pour ces cinq années de concentration en arts qui lui ont permis de devenir une jeune femme assumée, plus fonceuse et moins timide. « Je suis très fière de moi d’avoir porté ma robe de bal de cette manière et plusieurs professeurs étaient à la fois surpris et émus. Si cela en a inspiré d’autres, tant mieux. Une professeure m’a même dit : je vais tout faire pour que tu puisses reporter cette robe. Ça m’a touchée! », conclut la jeune femme qui se dirigera cet automne au Cégep de Saint-Hyacinthe en arts visuels et médiatiques.

image