19 février 2015
Conférence de Serge Beauchemin
Un dragon tout feu tout flamme à Saint-Hyacinthe
Par: Martin Bourassa
Le Dragon Serge Beauchemin sera de passage àSaint-Hyacinthe le 25 février pour offrir sa conférence « Osez l’action ».

Le Dragon Serge Beauchemin sera de passage àSaint-Hyacinthe le 25 février pour offrir sa conférence « Osez l’action ».

Ce n’est pas tous les jours qu’un Dragon des affaires et de la finance s’arrête à Saint-Hyacinthe pour parler d’entrepreneuriat et de commerce électronique. C’est pourtant ce que fera Serge Beauchemin, le 25 février, dans le cadre d’un colloque organisé par la chambre de commerce et de l’industrie Les Maskoutains.

Publicité
Activer le son

Inconnu du grand public il n’y a pas si longtemps, Serge Beauchemin a acquis une notoriété enviable depuis qu’il participe à la populaire émission de télévision Dans l’oeil du dragon à ICI Radio-Canada.

Même s’il n’est pas le Dragon le plus flamboyant du groupe, ses commentaires et ses conseils judicieux aux gens d’affaires et promoteurs sont toujours pertinents. Il sera d’ailleurs de la quatrième saison au printemps, en compagnie des dragons Alexandre Taillefer, Danièle Henkel et deux nouveaux venus.

Recruté à la saison deux, il retrouvera sa chaise d’investisseur avisé et impitoyable avec un réel plaisir, lui qui voit cette émission comme une formidable vitrine pour promouvoir une image positive de l’entrepreneuriat.

« Il est important de pouvoir donner à nos jeunes des modèles en affaires, et de parler positivement du monde des affaires. Il y a de l’éducation et de la promotion à faire. C’est dans cela que réside l’intérêt d’une émission comme Dans l’oeil du dragon. Elle fait d’ailleurs contrepoids aux images véhiculées dans les médias qui dépeignent trop souvent les entrepreneurs comme des crosseurs ou des fraudeurs. »

Serge Beauchemin est certes un exemple de réussite, mais pas nécessairement le modèle classique. Disons qu’il pourrait difficilement être porte-parole de la semaine de la persévérance scolaire qui se déroule ces jours-ci puisqu’il a décroché du cégep à un cours de la destination, soit avant l’obtention d’un diplôme d’études collégiales.

« J’encourage certainement les jeunes à faire des études, mais dans un domaine qui leur plaît. Ce n’est pas évident de trouver sa voie à 17 ou 18 ans. »

Pour sa part, il a profité d’une année sabbatique qui n’a jamais eu de fin pour devenir vendeur d’équipements informatiques, puis fonder en 1988 sa propre entreprise spécialisée dans la vente de logiciels, une firme connue sous le nom 3-SOFT.

À la vente de son entreprise en 2005, elle affichait un chiffre d’affaires de 75 M$.

« Je suis passé à la caisse », reconnaît notre dragon multimillionnaire.

À partir de ce moment, Serge Beauchemin a décidé de partager son savoir.

« Je me voyais mal repartir à zéro avec une autre start-up, m’investir à fond pendant un autre 15 ou 20 ans et ne plus avoir de vie. Je voulais plutôt faire une différence et partager mes connaissances. C’est ce que je m’efforce de faire depuis ce temps et c’est ce que j’apprécie avec la tribune des Dragons », mentionne celui qui a des intérêts dans plusieurspetites entreprises, mais toujours en tant qu’actionnaire minoritaire.

Des conseils et des clics

À Saint-Hyacinthe, celui qui a grandi à Longueuil et qui est associé dans l’entreprise Strom Spa Nordique de L’Île-des-Soeurs et de Mont-Saint-Hilaire sera en pays de connaissance, au milieu d’acteurs du commerce du détail.

Sa conférence qu’il promène un peu partout au Québec sera divisée en deux volets, entre son parcours professionnel et sa vision du commerce en ligne.

« Le train est parti depuis un bout de temps déjà et les commerçants sont là à courir en arrière en essayant de rattraper le dernier wagon, illustre-t-il. Le magasinage en ligne est une réalité déjà bien ancrée chez les jeunes consommateurs et ceux qui ne le réalisent pas encore vont se buter le nez, car la porte commence à se refermer. »

Pour Serge Beauchemin, il importe peu de savoir où se situent les commerçants de Saint-Hyacinthe ou du Québec dans l’univers du commerce électronique, de savoir s’ils sont un peu ou beaucoup en retard sur le reste du pays ou du monde.

« L’important, c’est d’arrêter d’être en rattrapage. Il faut être en action et aller là où va aller la rondelle, se donner les moyens d’anticiper, de flairer les opportunités. Il faut foncer et prendre des risques, c’est l’essence même de l’entrepreneur. Et il ne suffit pas d’avoir un site Internet pour prétendre être sur le web. Avoir un site en ligne est l’équivalent d’une simple carte d’affaires. C’est vraiment le minimum. »

Serge Beauchemin et trois autres conférenciers se partageront l’après-midi du 25 février au Vignoble Château Fontaine, dans le cadre de la journée Mon commerce s’enligne. On promet de donner aux participants des stratégies afin de transformer les clics en ventes. Il est encore temps de réserver sa place au 450 773-3474, poste 221.

image