30 août 2018
Carte blanche
Un fléau en hausse!
Par: Pierre Bornais

Il s’agit de l’hameçonnage, un terme québécois désignant les activités frauduleuses visant à soutirer de l’argent ou des informations personnelles à des individus. 

publicité

Le but est clair, prendre tous les moyens – même illégaux – pour tirer profit de ce manège; on ne recule devant aucun moyen, même l’intimidation y est monnaie courante.

Vérification faite auprès des autorités policières et de deux banques de Saint-Hyacinthe, le constat est unanime; les cas se multiplient dans la région maskoutaine.

Si les adeptes de cette forme de fraude ne manquent pas d’imagination, leur approche présente des failles marquantes que le consommateur peut facilement identifier.

D’abord, ils se disent des enquêteurs liés à l’Agence du revenu du Canada, mandatés pour détecter des fraudes dans les rapports des contribuables.

Ensuite, la langue anglaise est leur outil de communication et ils ne se gênent pas pour affirmer qu’il n’y a personne parlant français dans leur équipe. Leur numéro d’appel est situé dans le 514, soit la grande région de Montréal.

Enfin, le recours à l’intimidation est monnaie courante, avec l’énumération des délits reprochés et la possibilité d’un procès au criminel. À moins bien sûr de régler le tout, hors cour, et d’acquitter sur le champ les milliers de dollars en amendes et autres frais.

Est-il utile de préciser que ces méthodes sont aux antipodes des procédures ayant cours à l’Agence du Revenu du Canada? Tout contribuable peut faire établir – via Internet – l’état de sa situation fiscale et savoir si une procédure est inscrite au dossier. Au besoin, on peut s’informer auprès de son comptable ou rapporter la situation au Centre Anti-Fraude. 

image