12 septembre 2019
Un grand déplacement orchestré par la Ville
Par: Rémi Léonard

Photo François Larivière | Le Courrier ©

Un aperçu du déplacement qui s’est déroulé lundi au Domaine sur le Vert. L’opération s’est finalement bien terminée, selon l’entrepreneur. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Une opération hors du commun a été réalisée dans la journée de lundi au Domaine sur le Vert alors que des résidents ont pu voir passer une maison dans les rues de leur quartier. Non, ils n’ont pas rêvé, la résidence a bel et bien voyagé, lentement mais sûrement, sur quelques centaines de mètres pour arriver à son nouvel emplacement, situé entre la rue du Vert et le Grand rang Saint-François.

publicité

Le but de cette opération menée par la Ville de Saint-Hyacinthe était de libérer un autre terrain situé sur le Grand rang Saint-François afin d’y aménager éventuellement une nouvelle rue qui reliera la route 235 au Domaine sur le Vert, créant ainsi un deuxième accès au quartier.

La municipalité s’est entendue avec les propriétaires, Sylvain Desmarais et Linda Leduc, pour prendre en charge la relocalisation de la résidence en échange de la cession de leur terrain. Il s’agissait du seul endroit dans cette portion du Grand rang Saint-François qui n’a pas de bâtiment construit en face, une condition essentielle à la réalisation de l’intersection de la 235 et de la nouvelle rue.

Pour éviter la procédure d’expropriation, la Ville a assumé tous les coûts reliés à ce transfert, ce qui comprend par exemple la construction de nouvelles fondations, l’aménagement des installations septiques, le financement pour l’achat du nouveau terrain, le retrait et la pose de maçonnerie, l’aménagement paysager, et plusieurs autres frais de remise en état. Au total, le coût global est actuellement estimé à 606 500 $, a indiqué la directrice des communications de la Ville, Brigitte Massé.

La moins pire des solutions

Même si les propriétaires étaient réticents au départ, les parties sont finalement arrivées à ce dénouement après de longs pourparlers. « Lorsque la Ville nous a approchés, on venait de finir nos rénovations et la valeur marchande de la maison était rendue bien au-delà de l’évaluation municipale [de 423 700 $] », a souligné Linda Leduc. La solution retenue s’avère finalement un moindre mal puisqu’elle pourra au moins conserver sa maison. Maintenant vers la fin du processus, elle a tenu à souligner le respect dont a fait preuve la municipalité et ses représentants dans le dossier. « Au final, on n’a pas vraiment eu le choix »,

a-t-elle tout de même commenté, puisqu’elle voulait évidemment éviter une procédure d’expropriation. Au terme du déplacement, l’idée était qu’ils se retrouvent « dans les mêmes conditions, sans s’appauvrir ni s’enrichir », a-t-elle expliqué.

Le conseiller du secteur, Bernard Barré, a reconnu que la démarche ne « faisait pas leur affaire [aux propriétaires] », pas plus qu’au conseil, mais qu’après avoir « étudié toutes les possibilités », c’était tout de même la meilleure option. Il a également souligné le fait que personne ne pouvait prévoir la fermeture du Golf La Providence et l’émergence d’un nouveau quartier résidentiel qui nécessiterait un deuxième accès.

La bonne nouvelle est que le déménagement s’est opéré sans problème majeur, a rapporté lundi après-midi l’entrepreneur responsable du projet, Alexandre Duval de l’entreprise F.A. Lafferière, de Saint-Marcel. « Tout a été bien planifié », a-t-il commenté en parlant des lampadaires et des fils électriques qui ont été retirés pour faciliter le passage de la maison, tout comme les arbres qui ont été émondés pour la même raison.

Reste maintenant à couler la dalle de béton qui accueillera le garage adjacent à la résidence, qui est resté à l’ancien emplacement. Une autre opération de déplacement devra donc avoir lieu pour amener le garage, mais elle « risque de passer plus inaperçue » comparativement à la maison, a indiqué M. Duval.

image