12 juillet 2012
Le plus récent projet écarte les clubs de boxe, de judo et d'haltérophilie
Un gymnase pour Fadette, coûte que coûte
Par: Le Courrier
Le directeur général de la Commission scolaire Yvan Gauthier réaffirme l'urgence de construire un gymnase à l'école Fadette.

Le directeur général de la Commission scolaire Yvan Gauthier réaffirme l'urgence de construire un gymnase à l'école Fadette.

Jamais deux sans trois, dit l’adage. La Commission scolaire et la Ville de Saint-Hyacinthe, bien déterminées à combler le besoin criant en matière de plateaux sportifs à la fois pour l’école Fadette et pour la municipalité, ont formulé une nouvelle demande au ministère de l’Éducation. Or, cette fois, il ne s’agit pas autant d’une demande de subvention que d’une demande d’ajout d’espace.

La Commission scolaire et la Ville de Saint-Hyacinthe font front commun dans un effort financier qui dépasse tout ce qu’elles avaient présenté jusqu’ici. Elles proposent toutefois un projet réduit, passant de 8 M$ à 5 M$, écartant au passage les clubs de boxe, de judo et d’haltérophilie. Seul le club de gymnastique y trouverait son compte.

Selon la demande d’octroi d’espace, les élus maskoutains font passer leur engagement financier de 40 % à 45 %, alors que la Commission scolaire augmente sa contribution de 10 % à 30 %.« On désire démontrer le sérieux de notre demande et notre détermination à agir maintenant, a noté le directeur général de la CSSH, Yvan Gauthier. Avec cet engagement, on souhaite que le MELS contribue à la hauteur de 25 %, soit la moitié de ce qu’on lui demandait dans les demandes précédentes. »Ce scénario élèverait à environ 2,25 M$ la part de la Ville, soit moins que son engagement de 3,2 M$ précédent – 40 % de 8 M$ -. « Mais c’est un engagement pour héberger un des clubs sportifs de la municipalité, plutôt que quatre. On ne parle plus du même projet », a noté le conseiller municipal et commissaire scolaire David Bousquet.L’actuel gymnase de l’école secondaire Fadette ne rencontre pas les standards dictés par le MELS : une situation plutôt préoccupante dans un établissement qui s’enorgueillit d’un solide programme sport-études.En plus d’augmenter l’effort financier du milieu et de diminuer le coût total du projet, la demande d’agrandissement prévoit aussi l’ajout de deux locaux de classe. « Ces locaux sont rendus nécessaires par la croissance des effectifs et par la réorganisation des écoles secondaires, qui a amené des élèves de quatrième et de cinquième secondaire à l’école Fadette. On sait que les locaux de classe sont une priorité pour le Ministère », fait remarquer M. Gauthier.Du côté du conseil des commissaires, le projet est en tête de liste des priorités.« On est rendu au point de non-retour. Il faut un gymnase coûte que coûte », a établi David Bousquet. Ce dernier est confiant de voir la CSSH profiter de la période préélectorale pour recevoir l’aval de Québec dans ce dossier.

Pour la gymnastique

Si la Ville s’engage financièrement dans le projet, c’est qu’elle souhaite au plus vite trouver un toit au club de gymnastique, qui loge actuellement au pavillon des Pionniers. Par ailleurs, un programme sport-études en gymnastique est déjà dispensé par l’école Fadette.

La contribution de la Ville prévoit couvrir les frais de construction de la palestre, où seraient accueillis les gymnastes.« La Ville n’oublie pas les besoins du club d’haltérophilie, du club de judo et du club de boxe », a précisé la conseillère Brigitte Sansoucy, lors de l’adoption de cet engagement financier par les élus maskoutains.Aucun plan précis n’a encore été présenté par la Ville pour répondre aux besoins de ces organismes.

image