18 février 2016
Festival du film de montagne de Banff
Un incontournable pour les amateurs de plein air
Par: Alice De guise
Un incontournable pour les amateurs de plein air

Un incontournable pour les amateurs de plein air

Le festival du film de montagne de Banff au Québec s’arrêtera au Collège Saint-Maurice de Saint-Hyacinthe le mercredi 24 février.

Le festival du film de montagne de Banff au Québec s’arrêtera au Collège Saint-Maurice de Saint-Hyacinthe le mercredi 24 février.

Le Festival du film de montagne de Banff n’a plus besoin de présentation. Depuis 40 ans déjà, il rassemble les amateurs de plein air et de sport extrême. Saint-Hyacinthe a la chance d’avoir été sélectionnée ­parmi les 24 villes du Québec pour en être l’hôte. Les projections se feront au Collège Saint-Maurice le 24 février.

Publicité
Activer le son

Cette année, le festival a reçu pas moins de 350 films. Sur ce nombre, uniquement 89 ont été sélectionnés par le jury. Marie-Ève Raymond, responsable de la tournée au Québec, a eu un travail monumental à faire, car chaque lieu qui participe aux tournées doit faire sa propre sélection. Marie-Ève a dû choisir les dix films qui ­seront présentés dans les 24 villes.

« Je suis allée à Banff. J’y ai visionné au moins 80 films. Nous avons plusieurs ­critères pour faire notre sélection. Nous voulons présenter le plus large éventail possible d’aventuriers. Les films ayant une durée de plus d’une trentaine de ­minutes sont donc rapidement éliminés. Nous devons faire une sélection qui plaira à un public d’environ 20 000 personnes. La diversité des lieux et des sports sont alors des critères essentiels », explique Mme Raymond.

Selon cette dernière, Saint-Hyacinthe possède un assez grand bassin de gens ­aimant et pratiquant des sports de plein air. Depuis deux ans, la population ­approchait les organisateurs. Mme Raymond est donc venue faire une étude de terrain pour vérifier si la demande était assez forte. Auparavant, le Collège Saint-Maurice a été l’hôte des films et ciné-conférences des Grands Explorateurs. L’organisatrice a donc trouvé que c’était le lieu tout ­indiqué pour s’y produire, et ce, même si le public des deux activités diverge ­complètement.

Les films présentés dans le cadre de la tournée québécoise comportent une forte présence féminine. Elles s’illustrent dans cinq films sur dix, ce qui fait changement des dernières années.

« Avant, il y a même des années où l’on peinait à trouver des films où l’on retrouvait la présence de femmes. Ça fait du bien parce que les femmes aussi aiment le plein air et les sports. ­Moi-même, en tant que parachutiste et plongeuse, je trouve que c’est ­primordial dans un festival comme ­celui-ci », souligne-t-elle.

Escalade sur glace, ski, canot, vélo, ­rafting et kayak, voici des exemples de ce que les audacieux aventuriers ­offriront aux Maskoutains. En plus de les voir vivre leurs extraordinaires ­expériences, ils transporteront les spectateurs aux quatre coins du globe que ce soit en Islande, au Mexique ou en Norvège. L’objectif du festival est de montrer des gens inspirants et attachants qui décident de vivre leur rêve.

« Nous voulons inciter les gens à ­dépasser leurs limites, à aller toujours plus loin. Nous sommes fiers de mettre de l’avant la richesse de ces récits sportifs et humains. Cette année, nous présentons d’ailleurs Paddle for the North un film produit par des Québécois. Nous allons suivre six ­canoteurs qui s’élancent sur les rivières les plus isolées du Nord canadien afin d’en découvrir leurs secrets », soutient l’organisatrice.

L’activité débutera à compter de 18 h et il sera possible de rencontrer divers ­exposants. Les projections débuteront vers 19 h. Il est possible de faire l’achat de billet au www.pointedevente.com. Pour plus d’informations sur la tournée, consultez le www.banffquebec.ca

image