26 juillet 2012
Casavant Frères
Un instrument dans le vent pour l’OSM
Par: Jean-Luc Lorry

Malgré la fragilité du secteur très spécifique de la fabrication d’orgues, Casavant Frères a le vent dans les voiles. En plus de développer d’ambitieux projets en Asie, la réputée entreprise maskoutaine poursuit la construction de l’orgue monumental destiné à la Maison symphonique de Montréal qui devrait résonner de tous ses tuyaux début 2014.

publicité

Fin 2009, Casavant Frères s’était vu confier le mandat de produire une étude de réalisation pour déterminer la faisabilité et le coût pour intégrer un orgue dans la future salle de concert du prestigieux Orchestre symphonique de Montréal (OSM).

« Le contrat avec l’OSM a été signé en décembre 2011 et l’orgue sera inauguré en mai 2014. Ce projet est exceptionnellement long. Un orgue pour une salle de concert représente un coût de plusieurs millions de dollars », indique Bertin Nadeau, président du conseil d’administration et propriétaire de Casavant Frères depuis 1976, en entrevue au COURRIER.La façade de cet instrument hors normes composée de nombreux tuyaux dont certains sont de dimensions pharaoniques a été installée il y a un an dans la salle de concert de l’OSM pour permettre son ouverture en septembre dernier. La fabrication de cet instrument sera terminée cet automne dans les ateliers de l’entreprise située sur la rue Girouard Est à Saint-Hyacinthe. « Nos équipes travailleront deux semaines jour et nuit pendant la période des fêtes pour installer toutes les pièces de l’instrument démonté dans la chambre d’orgue, une niche située derrière sa façade », explique M. Nadeau.« Le montage se fera de nuit en 2013 pour ne pas perturber la programmation musicale de l’OSM. La finition et l’harmonie de l’instrument en fonction de l’acoustique de la salle se feront à la fin 2013. L’orgue devra être fonctionnel début 2014 », poursuit ce passionné de musique classique.

Fonds de solidarité FTQ

Pour permettre à l’entreprise de poursuivre son développement sur la scène internationale, Casavant Frères pourra compter sur l’implication financière du Fonds de solidarité FTQ à la hauteur de 2 M$.

« Nos marchés s’internationalisent de plus en plus. Traditionnellement, chez Casavant Frères, nous fabriquions des orgues pour les églises au Canada et aux États-Unis. Malheureusement, ce marché qui existe toujours n’est pas en croissance. Il demeure dans notre secteur, un segment qui connait un essor qui est celui des orgues destinés aux salles de concert et aux universités », précise le propriétaire de l’entreprise centenaire.Actuellement, Casavant Frères est en négociation avec quatre salles de concert situées en Corée, à Taiwan et deux en Chine. Du côté nord-américain, deux commandes d’orgues sont en cours avec les États-Unis ainsi que des demandes de rénovation d’instruments.« Ces dernières années, environ 50 % de notre chiffre d’affaires étaient des rénovations », note M. Nadeau dont l’entreprise a fabriqué depuis sa fondation près de 4 000 orgues.Depuis quelques années, cette industrie traverse plusieurs zones de turbulence. « La récession aux États-Unis a eu pour effet une baisse des commandes chez nous. Le bon côté de notre industrie est que les projets ne se perdent pas, mais ils sont simplement retardés », souligne Bertin Nadeau.Casavant Frères emploie 70 personnes disposant d’un niveau d’expertise élevé dans la facture d’orgues. L’entreprise exporte 80 % de sa production hors de nos frontières.

image