12 juillet 2012
Le secteur pharmaceutique prend de l'expansion dans la Cité
Un investissement de 20 M$
Par: Jean-Luc Lorry

Un centre de développement pharmaceutique représentant un investissement de 20 M$ sera construit au coeur de la Cité de la biotechnologie agroalimentaire, vétérinaire et agroenvironnementale, a appris LE COURRIER.

publicité

Cet ambitieux projet piloté par les responsables de la Cité de la biotechnologie a été créé dans le but d’offrir des infrastructures d’accueil aux entreprises du secteur pharmaceutique souhaitant s’y implanter.

« Le coût du projet sans les frais professionnels est de 19 M$. Il faut y ajouter 250 000 $ pour le terrain, 250 000 $ en travaux permanents et plus ou moins 500 000 $ pour des frais de toutes sortes », précise Mario de Tilly, directeur général de la Cité de la biotechnologie.La présidence du conseil d’administration du Centre de développement pharmaceutique de Saint-Hyacinthe est assurée par le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Bernier, également président du CLD Les Maskoutains et de la Cité de la biotechnologie.M. Bernier est secondé dans sa fonction par André Barnabé, directeur général de l’Alliance Bovitec, un centre de transfert embryonnaire pour l’industrie bovine.

Sterinova

La direction générale de la Ville de Saint-Hyacinthe a dévoilé l’identité des premiers locataires du futur édifice.

« Le Centre de développement pharmaceutique de Saint-Hyacinthe est un consortium dont fait partie Sterinova comme principal investisseur et qui dispose déjà d’actifs importants », indique Chantal Frigon, directrice générale adjointe à la municipalité.Selon nos informations, Sterinova est une entreprise spécialisée dans les produits pharmaceutiques stériles à usage humain. Au registraire des entreprises du Québec, Sterinova est immatriculée depuis février et ses principaux actionnaires sont les fiducies familiales de Jean-Philippe Gentès et de Bertrand Bolduc. Ces deux hommes d’affaires, pharmaciens de formation, dirigent l’entreprise maskoutaine Galenova qui fabrique et distribue une large gamme de produits pharmaceutiques sur mesure destinés aux chaînes de pharmacies et aux centres hospitaliers. Fondée en 1995, cette entreprise située dans la Cité emploie plus de 80 personnes. Jean-Philippe Gentès assure la direction générale de Galenova et Bertrand Bolduc préside le conseil d’administration. Concernant l’implication de Galenova dans le projet pharmaceutique de la Cité, M. Gentès estime qu’il est prématuré de donner des détails sur les intentions de son entreprise.

Prevtec Microbia

Selon Mme Frigon, d’autres joueurs se sont joints au « consortium ». Elle cite l’exemple d’une entreprise spécialisée dans la fourniture de vaccins vétérinaires destinés à la production animale.

Interrogé sur le sujet, Éric Nadeau, vice-président aux affaires scientifiques de Prevtec Microbia, nous a confirmé que son entreprise était effectivement intéressée à intégrer le futur Centre.Prevtec Microbia distribue le Coliprotec, un vaccin canadien homologué contre la diarrhée post-sevrage chez le porc. Créée en 2005, l’entreprise emploie 12 personnes. Bertrand Bolduc, de Galenova, siège également sur le conseil d’administration de Prevtec Microbia.

Caution municipale de 10 M$

Pour réaliser cet important projet industriel, les administrateurs du Centre de développement pharmaceutique de Saint-Hyacinthe peuvent compter sur le soutien financier de la Ville.

La municipalité vient de se porter garante d’une somme maximale de 10 M$ pour permettre au Centre de développement pharmaceutique de Saint-Hyacinthe d’obtenir deux prêts de 6 250 000 $ chacun remboursables sur 25 ans auprès d’Investissement Québec et de la Caisse Desjardins de Saint-Hyacinthe. Ces deux prêts sont garantis par une hypothèque de premier rang sur le bâtiment industriel locatif.La Caisse Desjardins de Saint-Hyacinthe avancera un montant additionnel de 1,5 M$ remboursable sur un an garanti par une hypothèque de deuxième rang. « Ce dossier chemine dans notre organisation depuis plusieurs mois. Le montant du cautionnement municipal a été évalué par le Service des finances de la municipalité. Lorsque nous cautionnons, nous prenons un risque et il faut le calculer », mentionne Mme Frigon.La Ville de Saint-Hyacinthe cautionnait déjà la Cité de la biotechnologie jusqu’à concurrence de 9 M$ et vient ainsi doubler cette garantie.Un troisième prêt d’un montant de 6 250 000 $ devrait être consenti par la Banque de Développement du Canada. « Le cautionnement de la Ville s’appliquera uniquement à la créance d’Investissement Québec et de Desjardins puisque la Banque de Développement du Canada ne peut, en vertu de son statut d’organisme fédéral, avoir la caution d’une ville », indique Mario de Tilly.Le futur Centre de développement pharmaceutique de Saint-Hyacinthe sera construit sur l’avenue José-Maria-Rosell, une nouvelle artère dans la Cité de la biotechnologie située à l’intersection du boulevard Casavant Ouest et de l’avenue Beaudry.

image