10 juillet 2014
Un jardin détruit à Saint-Hugues
Par: Maxime Prévost Durand

Le paysage est paisible à Saint-Hugues, au petit jardin qui borde la rivière Yamaska tout près du pont. Mais la scène est à la fois désolante. Près d’une centaine de plants de tomates et une centaine de plants de patates se meurent après que des produits chimiques – possiblement de l’herbicide – aient été appliqués dans le jardin à l’insu des propriétaires.

publicité

Au cours des dernières semaines, un vandale aurait intoxiqué les plants du jardin d’un couple de retraités avec des produits chimiques. Ce n’est que vendredi dernier qu’Engelbert Otis, propriétaire du jardin avec sa conjointe, Myriam Prévost, a réalisé les dommages subis par les plants.

« Regarde, si on secoue le plant, les tomates vont tomber », a fait remarquer M. Otis lors du passage du COURRIER. Le maire de Saint-Hugues, Richard Veilleux, était également de passage au même moment pour constater les dégâts. Il confiait n’avoir jamais entendu pareille histoire dans la municipalité.Les tomates, plus de 24 variétés de différentes couleurs (orange, verte, bleue, rouge, etc.), toutes importées, arrivaient au stade où elles pouvaient être cueillies. Ce n’était qu’une question de jours. La récolte est à oublier.« C’est criminel ce qui a été fait, déplore Mme Prévost. On perd plus de 6 000 $ juste en matériel, sans compter les nombreuses heures qu’on y a consacrées. »Il s’agissait du premier été de production sur ce site du rang Bourgchemin Ouest. Le couple possède également trois autres jardins où poussent notamment de l’ail, en plus des tomates et des patates. Les autres jardins n’ont pas été touchés. Mme Prévost et M. Otis font normalement la vente de leurs produits au village de Saint-Hugues.Le couple a fait appel à la Sûreté du Québec afin de remplir un rapport d’événement concernant cette affaire. Une enquête est en cours.

image