17 juillet 2014
Habitat St-Pie
Un locataire perd et récupère son supplément au loyer
Par: Le Courrier
Daniel Michaud, qui habite dans les logements Éden à Saint-Pie, espère pouvoir compter à nouveau sur le programme de supplément au loyer.

Daniel Michaud, qui habite dans les logements Éden à Saint-Pie, espère pouvoir compter à nouveau sur le programme de supplément au loyer.

Un locataire a dû faire des pieds et des mains pour que le propriétaire de son logement, l’organisme à but non lucratif (OBNL) Habitat St-Pie, renouvelle auprès de la Société d’habitation du Québec (SHQ) le programme de supplément au loyer (PSL) qui lui permet de s’offrir un logement à prix modique.

Daniel Michaud réside depuis 10 ans à l’Éden, l’un des trois bâtiments appartenant à Habitat St-Pie, situé dans la ville du même nom. Sur les 14 logements de l’Éden, deux sont subventionnés par le PSL, qui permet à des ménages ou des individus comme M. Michaud d’habiter dans des logements désignés en ne payant qu’un montant équivalent à 25 % de leur revenu.

M. Michaud indique que le conseil d’administration d’Habitat St-Pie l’avait avisé en juin 2013 que le PSL prendrait fin en même temps que l’année 2013, ce qui représenterait une augmentation mensuelle de 60 $. Son loyer est donc passé de 274 $ à 334 $ par mois en janvier dernier. « J’ai essayé de demander au directeur [d’Habitat St-Pie] pourquoi c’était comme cela, mais il m’a juste dit qu’il [le programme] n’était plus conforme. Pour moi, cette subvention fait pourtant la différence entre survivre et vivre », a raconté l’homme de 63 ans en entrevue au COURRIER.Le directeur de l’OBNL, François Tétreault, a confirmé que le conseil d’administration ne souhaitait pas renouveler son entente avec la SHQ, celle-ci étant arrivée à échéance au terme de cinq ans. Il ajoute que M. Michaud avait été mis au fait des changements en février 2013 et non en juin, comme il le prétend. « Étant propriétaire de l’immeuble à 100 %, le PSL nous fait un peu perdre le contrôle de notre bâtiment », note M. Tétreault.Il soutient aussi qu’en 2011, les règles concernant le programme ont changé, ce que confirme la responsable des relations médias de la SHQ. « Le PSL venait à échéance en raison de la fin des conventions, c’est-à-dire que l’engagement financier au niveau fédéral, mis en place pour 35 ans dans les années 70 ou 80 pour les HLM ou les coopératives d’habitation, était terminé », explique Alexandra Paré. Le conseil d’administration d’Habitat St-Pie a toutefois assoupli sa décision au terme d’une rencontre tenue en avril avec la SHQ. « On nous a fait une proposition pour que le PSL reprenne avec des conditions semblables à celles d’avant », souligne M. Tétreault. La SHQ a mis sur pied un PSL spécial qui s’applique, entre autres, aux deux ménages d’Habitat St-Pie. Les administrateurs d’Habitat St-Pie ont finalement entériné le protocole d’entente peu après, ce qui a permis de réintroduire le programme de loyers subventionnés en date du 1 er juillet.« Tout est rentré dans l’ordre, confirme M. Michaud, ne reste plus qu’à obtenir le remboursement des loyers payés en trop depuis janvier. Le remboursement [environ 300 $] devrait nous parvenir ce mois-ci, mais j’attends toujours. »Même s’il se réjouit de cette conclusion heureuse, il conserve cependant un goût amer du bras de fer qu’il a dû livrer pour obtenir satisfaction auprès du conseil d’administration d’Habitat St-Pie. « La vocation de l’Éden est de soulager les personnes à faible revenu en leur permettant de se loger à bon prix, à l’abri de la spéculation du marché locatif traditionnel. Cela me désole de constater qu’ils ont cherché à dévier de leur mandat. Le concept de pauvreté ne semble pas avoir la même signification pour la nouvelle génération. Dommage. »

image