4 août 2011
Un mois de juillet mouvementé pour Sébastien Demers
Par: Maxime Desroches
Sébastien Demers

Sébastien Demers

Deux semaines avant de disputer l’un des plus importants combats de sa carrière, le boxeur Sébastien Demers a fait parler de lui pour d’autres raisons au cours des dernières semaines.

publicité

LE COURRIER a appris que le Maskoutain de 31 ans et son entraîneur de longue date, Marc Seyer, ont récemment mis fin abruptement à leur association. Seyer était aux côtés de Double Trouble depuis ses débuts chez les amateurs. Au cours du dernier mois, Demers a été dirigé par le Montréalais Howard Grant, qui a entraîné de nombreux boxeurs du Groupe Yvon Michel (GYM) par le passé.

« C’est une bien triste nouvelle. Marc et Alain (St-Amand) ont toujours été dans l’entourage de Sébastien, tant pour ses 138 combats amateurs que pour ses 35 chez les professionnels. Mais d’un autre côté, avec deux revers de suite par K.O., Sébastien connaissait une période creuse. Un vent de changement pourrait s’avérer bénéfique. En Howard Grant, il va collaborer avec un instructeur d’expérience », a déclaré l’analyste de boxe et directeur du recrutement pour GYM, Bernard Barré.

Des démêlés avec la justice

Une histoire impliquant Demers et datant de novembre 2008 a refait surface cette semaine dans un grand quotidien montréalais. Les événements, qui s’étaient déroulés à la sortie du bar B52 de l’Hôtel des Seigneurs, avaient été relatés par LE COURRIER en février 2009.

Une bagarre avait éclaté entre un client mécontent et Demers, présent au bar en compagnie d’autres membres du club de boxe de Saint-Hyacinthe. L’altercation avait mené à des accusations de voies de fait ayant causé des lésions corporelles contre Demers, accusations auxquelles Double Trouble avait plaidé non coupable. Le boxeur maskoutain risque une peine d’emprisonnement maximale de 18 mois. La date de sa comparution est prévue pour le 1er mars 2012.« Cette nouvelle-là m’a pris par surprise », a confié Bernard Barré. C’est décevant car je croyais que cette histoire-là était du passé et que ça s’était réglé à l’amiable depuis le temps. Ce sont des événements qui se sont passés aux petites heures du matin, à la sortie d’un bar. Pour un boxeur, c’est spécifiquement le genre d’endroit que l’on recommande d’éviter de fréquenter. Il s’est placé dans une fâcheuse situation et j’espère qu’il pourra limiter les dégâts. »

Dirrell : pas le premier venu

Demers (31-4-0, 11 K.O.) disputera finalement le combat l’opposant à l’Américain Andre Dirrell (19-1-0, 13 K.O.) deux semaines plus tard que prévu, soit le vendredi 19 août, à Oakland en Californie. Barré dit espérer que le Maskoutain saura tenir son bout face à un adversaire qui a longtemps figuré parmi les meilleurs boxeurs de sa catégorie de poids.

« S’il devait se montrer compétitif et offrir une solide opposition, ça pourrait s’avérer une bougie d’allumage pour la suite de sa carrière », a souligné Bernard Barré.« Des surprises de taille, il y en a à toutes les semaines dans le monde de la boxe. Même si la marche est haute pour Sébastien, on ne sait jamais. Chose certaine, qu’il perde ou qu’il gagne, ce sera un combat très intéressant pour lui au plan monétaire. »

image