21 mars 2013
Red Bull Crashed Ice
Un moment « mémorable » pour Julie Savoie à Québec
Par: Maxime Prévost Durand
La Maskoutaine Julie Savoie a vécu de grandes émotions lors de ses descentes sur la piste du Red Bull Crashed Ice, samedi, à Québec.

La Maskoutaine Julie Savoie a vécu de grandes émotions lors de ses descentes sur la piste du Red Bull Crashed Ice, samedi, à Québec.

L’expérience du Red Bull Crashed Ice de Québec a été grandiose pour la Maskoutaine Julie Savoie. Elle a terminé au 8 e rang dans la portion féminine de la compétition, en accédant aux demi-finales.

Publicité
Activer le son

Encore sur un nuage lors de l’entretien avec LE COURRIER, elle a qualifié de « mémorable » cette expérience extrême vécue le 16 mars sur la piste aménagée dans les rues du Vieux-Québec. « C’est plus qu’une belle expérience. J’ai vécu ce moment-là au maximum. Et de plus, j’ai été en mesure d’atteindre mon objectif d’accéder aux demi-finales », raconte Julie Savoie.

Cette descente de demi-finale a eu lieu aux alentours de 21 h, après que les hommes aient occupé la piste durant plus d’une heure. Une glace laissée dans un état beaucoup moins praticable que lors de la première et seule descente des femmes lors de la première ronde.La demi-finale de la Maskoutaine a été plutôt chaotique, avec plusieurs chutes des participantes. « Dès le départ, trois d’entre nous sont tombées au même endroit. Je me suis relevée et j’ai pu toutes les rejoindre, mais l’une d’elles m’a poussée et il m’a été impossible de revenir de l’arrière. Ce qui est frustrant, c’est que celle qui m’a poussée a terminé 2 e dans cette course et a pu accéder à la finale. »Malgré tout, elle ne s’en ressent pas trop physiquement, même si l’effort demandé durant les courses a été énorme. « Je m’attendais à ressentir plus d’effets dans les jours suivant la course, mais ce n’est pas si pire. »La piste de Québec comportait quelques sauts, mais beaucoup moins de bosses que dans le seul parcours qu’elle avait pratiqué auparavant, à Niagara Falls. L’endroit le plus difficile était la spirale, une nouveauté sur le parcours cette année, avoue Julie Savoie. « Dès que notre patin quittait la trajectoire laissée par les autres descentes, on perdait de la stabilité. Au début, je croyais que ça allait être facile, mais ce n’a pas été le cas. »

Retour à Québec ou non?

La question à savoir si le Red Bull Crashed Ice sera de retour ou non à Québec l’an prochain était sur toutes les lèvres durant la plus récente édition. Le contrat liant l’événement à Québec prenait fin cette année.

Pour Julie Savoie, que ce soit ici ou ailleurs, elle souhaite prendre part à d’autres compétitions du Red Bull Crashed Ice. Elle en a eu la piqûre. « Je veux certainement refaire des courses, que ce soit à Québec ou non. »Ses paroles indiquent toutefois que le départ de l’événement des rues du Vieux-Québec serait désolant. « Le décor de la course de Québec n’est pas comparable aux autres courses du Crashed Ice. Ce serait dommage de perdre cela. »Peu importe ce qui adviendra de l’avenir de la compétition à Québec, la Maskoutaine est assurée d’en garder des souvenirs gravés à jamais dans sa mémoire.

image