18 avril 2019
Un nouveau directeur musical pour les 140 ans de l’OPSH
Par: Maxime Prévost Durand

Depuis le début de l’année, Martin-Paul Beaulieu est à la barre de l’Orchestre philharmonique de Saint-Hyacinthe à titre de directeur musical, en plein préparatif pour le grand concert qui soulignera les 140 ans de l’organisation à l’automne. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La route vers le 140e anniversaire de l’Orchestre philharmonique de Saint-Hyacinthe se fera avec un nouveau directeur musical à sa barre. Des idées plein la tête, Martin-Paul Beaulieu s’est joint à l’orchestre maskoutain au début de l’année pour occuper ce poste d’importance, qui était vacant depuis décembre.

Percussionniste de formation, Martin-Paul Beaulieu a fait des études en direction musicale avant de mener différents orchestres dans les dernières années. En février, il a fait le grand saut à Saint-Hyacinthe en rejoignant l’OPSH, un orchestre qu’il connaissait déjà plutôt bien.

« Je suis resté à Saint-Hyacinthe il y a 12 ans, se souvient-il, lors d’une rencontre avec LE COURRIER. J’ai découvert l’orchestre aux Beaux mardis de Casimir. Je jouais déjà avec d’autres ensembles à ce moment, donc je n’avais pas le temps de me joindre à l’orchestre comme musicien à temps plein, mais j’étais tout de même venu aider à deux reprises dans la section des percussions. Les années ont passé, j’ai dirigé ailleurs, puis l’opportunité ici s’est présentée. Je trouvais ça intéressant de revenir et de retrouver des visages que j’avais connus à l’époque. »

Son arrivée survient alors qu’un important concert visant à souligner les 140 ans de l’OPSH se prépare. Celui-ci sera présenté le 3 novembre au Centre des arts Juliette-Lassonde.

« Sachant qu’il y avait le 140e qui s’en venait très rapidement, je trouvais ça stimulant. Je leur ai demandé ce qu’ils avaient comme idées, on a discuté et on a commencé à mettre déjà des plans sur la table pour structurer le concert le plus rapidement possible. C’est quand même spécial de dire que le premier grand concert que je vais diriger avec l’orchestre, outre ceux d’été, ce sera celui pour le 140e anniversaire. C’est un grand honneur. »

On se promet d’ailleurs un concert grandiose du côté de l’OPSH. « Le concept reste à peaufiner, mais on sait que ce sera quelque chose d’envergure, mentionne la présidente de l’organisation, Isabelle Chaput. Ce ne sont pas tous les organismes qui ont la chance de fêter 140 ans. Puis, avec l’arrivée de Martin-Paul, qui est super motivé et dynamique, on a plein de projets. On est lancés! »

Dans sa vision du concert, le nouveau directeur musical souhaite rendre hommage aux talents musicaux maskoutains et aux différentes époques. « Ça représente 140 ans pour l’organisme, mais aussi 140 ans d’une partie de la vie de Saint-Hyacinthe, souligne M. Beaulieu. On veut essayer de mettre le plus en valeur la vie maskoutaine et ceux qui viennent d’ici. Ce sera une projection historique en son et en images. »

Les styles seront variés, promet-il, voguant du jazz au rock, en passant même par la musique klezmer. Un clin d’œil au « père de la musique » à Saint-Hyacinthe, Léon Ringuet, est également prévu afin de commémorer l’héritage qu’il a laissé à titre de directeur musical de l’organisation, alors appelée la Société philharmonique de Saint-Hyacinthe, de 1880 à 1932. « On va refaire la “Marche philharmonique”, qui a été écrite par Léon Ringuet à l’époque », poursuit Martin-Paul Beaulieu.

En plus de ce grand concert, l’OPSH entend poursuivre les célébrations dans les mois qui le suivront. « On va essayer de rester dans l’esprit de la fête pour la saison qui va suivre, ajoute le directeur musical. Ce n’est pas l’affaire d’une seule journée. »

Parmi ses ambitions, il projette de participer au Festival des harmonies et orchestres symphoniques de Sherbrooke. « Ce serait une belle occasion de montrer qu’on est encore là et qu’on fait de la très bonne musique à Saint-Hyacinthe. Ça viendrait clore d’une belle façon les festivités du 140e. »

image