3 janvier 2019
Un one-woman-chaise grandiose
Par: Maxime Prévost Durand

Jani Barré présentera officiellement son premier spectacle Tout simplement pas barrée au Cabaret André-H.-Gagnon le 29 janvier. Photo gracieuseté Mélanie Landry

Quand elle a une idée en tête, Jani Barré ne l’a pas dans les roues. Depuis qu’elle s’est lancée en humour il y a quelques années, la Maskoutaine voulait présenter son propre spectacle sur la scène du Centre des arts Juliette-Lassonde. Devinez quoi? C’est ce qu’elle fera le 29 janvier au Cabaret André-H.-Gagnon.

publicité

C’est sur cette même scène que Jani Barré a donné ses premiers coups de roue en humour, en 2015, dans le cadre des Soirées Juste pour Rire. Ce soir-là, elle avait fait un petit 15 minutes de blagues. Daniel Grenier était à l’animation, puis Katherine Levac et Maude Landry, deux humoristes sacrées « Découverte de l’année » au gala Les Olivier depuis, étaient aussi de la partie.

Cette fois, c’est avec son premier « one-woman-chaise », Tout simplement pas barrée, que la Maskoutaine foulera les planches de la salle. Et elle promet d’en mettre plein la vue.

« Ce sera tout un spectacle. Il va y avoir de la boucane, mais aussi beaucoup d’éclairage, autant qu’à un show de musique », lance Jani, avec l’enthousiasme qu’on lui connaît bien.

Au cours de la dernière année, ce sont surtout ses exploits sportifs qui ont fait parler d’elle. En septembre, l’énergique trentenaire a complété son premier marathon à bord de son fauteuil roulant à Montréal, puis elle a répété l’exploit deux mois plus tard à Las Vegas. Croyez-le ou non, cette expérience l’a inspirée pour apporter les touches finales à son spectacle.

« Quand je suis revenue de Vegas, je voulais vraiment que mon show soit un grand spectacle. Là-bas, tout est grandiose. Je veux que mon show soit comme ça : grandiose. »

Plus assumée et assurée

Celle qui est également conférencière indique avoir pris beaucoup d’assurance et de confiance sur scène. Pendant un an et demi, elle s’est invitée aux différentes soirées « open mic » à Montréal pour tester ses blagues, puis elle a participé à deux soirées du Bordel Comédie Club.

« La première fois que je suis allée au Bordel, c’est moi qui m’étais bookée. Je m’étais dit que le jour où j’allais mettre les roues là, c’est parce que j’allais être sûre de mon coup. Ça a tellement bien été qu’ils m’ont rappelé pour que j’y retourne une deuxième fois », se souvient-elle.

Même si elle n’a pas fait l’École nationale de l’humour – sauf un cours de comédie physique qu’elle a suivi là-bas -, Jani Barré entend tracer sa voie à sa façon. « Je suis une fille unique et je prends un chemin unique, lance-t-elle en riant. Je suis mon feeling. »

Une première version de son spectacle Tout simplement pas barrée avait été présentée en rodage il y a près de deux ans au Centre culturel Humania Assurance. De cette représentation, il ne reste que quelques numéros pour la version officielle.

« Ça avait bien été et ça m’avait motivée à continuer. Ce n’était pas parfait, mais j’étais très contente. Je sais que je peux toujours m’améliorer et je n’ai pas peur de le dire. Les histoires où les gens ont le plus ri, je les ai gardées, mais le spectacle ne se ressemble pas du tout. J’ai ajouté beaucoup de contenu et d’histoires. »

Pendant l’heure et demie – sans entracte, précise-t-elle – que dure son spectacle, Jani Barré promet de faire rire, mais aussi de toucher les gens droit au cœur. Elle se réserve aussi une belle interaction avec la foule, notamment à travers des jeux.

Voir grand

Malgré un parcours de vie qui n’a pas toujours été drôle, en raison de sa condition (ostéogenèse imparfaite) et des obstacles qui ont croisé sa route, Jani réussit à y puiser des anecdotes et à en faire sortir des blagues. « C’était sûr que mon premier spectacle allait tourner autour de ma vie. Il faut que les gens apprennent à me connaître », dit-elle.

Gageons que bon nombre des spectateurs qui seront au Cabaret André-H.-Gagnon le 29 janvier connaîtront déjà quelques segments de ce parcours. Mais si Jani aborde son spectacle de cette façon, c’est qu’elle a l’ambition de le présenter à l’échelle du Québec.

« Le show [à Saint-Hyacinthe] va être filmé par le Studio 57 et on va faire une vidéo promo ensuite pour l’envoyer aux salles de spectacle partout au Québec, affirme-t-elle. Je mise beaucoup sur cette soirée. Je suis loin d’être sur les breaks. Je fonce! »

Vas-y, fonce Jani!

image