31 juillet 2014
Un petit 20 $ en passant!
Par: Pierre Bornais
publicité

Toujours dans la foulée d’un rare déménagement en plus de 42 années, j’ai eu – comme des milliers d’autres – à effectuer d’innombrables changements d’adresse.

Et sans surprise, certains de ces changements s’adressaient à des fournisseurs de services, privés ou publics, chacun de ces derniers appréciant, j’en suis sûr, ma clientèle. Il est sans doute normal, dans une saine compétition, d’éviter des frais administratifs pour les corrections apportées au dossier. Du côté des institutions publiques, une attitude identique a été fort appréciée. Mais il fallait bien une exception à cette règle pour alimenter mon vécu dans un nouvel environnement. Et c’est sans surprise, bien évidemment, que vous apprendrez qu’il s’agit de « notre » société, issue de l’effort et de la volonté collective, et j’ai nommé Hydro-Québec. Moins de trois semaines après mon arrivée dans un nouveau logement, je reçois le relevé mensuel de ma consommation, à laquelle s’ajoute un supplément de 20 dollars! Quelle explication est fournie pour cette taxe déguisée? La « prise en charge » du nouveau dossier ouvert à mon nom. J’imagine fort bien que certains frais soient liés à des « écritures » pour s’assurer que les avis soient désormais livrés au bon endroit. Pourquoi ne pas faire comme les autres fournisseurs publics ou privés? C’est là que la situation particulière d’Hydro-Québec entre en ligne de compte. Monopole par excellence, l’entreprise québécoise n’a pas à faire preuve de la même générosité que celle déployée par les entreprises privées. Pas plus d’ailleurs que d’empathie, qui n’est pas de mise avec les clients, ceux-là même qui voient leur facture grimper année après année. Un petit 20 $, c’est bien peu de chose au passage et la poule plumée ne manifestera pas son désaccord… du moins pas encore. Une plume de plus sur le tas.

image