16 juillet 2015
Un peu de respect pour les signaleurs
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Comme vous l’avez certainement remarqué, il y a depuis un bon mois déjà des gros travaux sur la route 116. Des gros travaux dérangeants, on va se le dire, d’autant plus que je dois les traverser deux fois par jour pour aller et revenir de la job, à vélo. Mais je n’écris pas pour me plaindre : c’est comme ça, c’est nécessaire et on vit avec.

Mais qui dit travaux sur une artère principale dit aussi signaleurs routiers. Et, en effet, pendant que le chantier s’active, une demi-douzaine d’hommes et de femmes sont postés aux différentes intersections pour s’assurer que tout le monde se rende à destination en un seul morceau. Parce que ça serait vraiment le chaos sinon.

En particulier, il y en a un qui, depuis une ou deux semaines, est assigné à l’intersection Castelneau-Laurier, que je traverse à tous les jours. Un monsieur très sympathique, toujours souriant, et qui s’arrange toujours pour me faire passer dès que possible et en toute sécurité.

Malheureusement, il se trouve que certaines personnes, du haut de leur siège de conducteur, se pensent plus compétents que ce monsieur pour contrôler la circulation. « Pourquoi il me fait signe d’arrêter, je pourrais très bien continuer à avancer, me placer derrière ce char, là, et bloquer toute l’intersection, mais m’assurer de passer dès que possible!?! » Et les coups de klaxons fusent. J’en ai même vu ignorer complètement ses indications (pour des virages à droite, mais quand même…). Et ça continue à klaxonner contre un monsieur souriant, qui fait sa job de façon exemplaire et qui n’a aucun autre objectif que de faire arriver tout le monde à sa destination, de la façon la plus efficace et sécuritaire possible.

Messieurs et mesdames qui le klaxonnez, pensez-y à deux fois la prochaine fois. La personne que vous huez avec ces bruits criards et insultants, c’est celle qui s’assure que personne ne vous rentre dans le flanc ou ne vous bloque le passage. Ce n’est pas du tout son intention de vous retarder, au contraire! Et s’il vous fait patienter quelques secondes de plus, vos cris stridents n’y changeront rien : ça veut dire qu’il n’y a pas de place pour que vous passiez de toute façon. Ayez un peu de savoir vivre et appliquez les notions qu’on apprend en maternelle : la patience, le calme et le respect.

Et, si jamais ce message ce rend à vous, monsieur le signaleur, je vous félicite pour votre bon travail et, comme d’habitude, vous dis merci et bonne journée!

image