4 mars 2021
Future usine d’Exceldor sur le site de Semex à Sainte-Marie-Madeleine?
Un plan B alléchant pour le maire Carpentier
Par: Jean-Luc Lorry

Le maire de Sainte-Marie-Madeleine, Gilles Carpentier, espère que la nouvelle vocation du site de Semex profitera à sa municipalité. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Advenant que Semex, une entreprise spécialisée dans les solutions génétiques pour les producteurs bovins, décide de vendre sa propriété de 27,8 hectares de Sainte-Marie-Madeleine, le maire de la Municipalité, Gilles Carpentier, accueillerait à bras ouverts la future usine de la coopérative Exceldor.

Publicité
Activer le son

Dans le cas où la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) s’opposerait à la demande de dézonage, déposée par la MRC des Maskoutains, d’une terre agricole de 23 hectares située en bordure de l’avenue Pinard, le transformateur de viande n’exclut pas de considérer toute autre avenue pour y bâtir un abattoir de 200 M$.

« Je me demande quelle sera la décision de Semex comme nouvelle vocation pour son vaste terrain. Ce possible plan B pour Exceldor serait une opportunité à ne pas négliger. Par contre, le terrain de l’avenue Pinard représente une meilleure option pour cette coopérative en raison de sa proximité avec l’autoroute 20 », indique Gilles Carpentier, en entretien téléphonique au COURRIER.

Dernièrement, Semex a annoncé la fin des activités d’élevage, de récolte et de congélation de semence de taureaux à ses installations du boulevard Laurier à partir du 31 août. Cette décision a pour conséquence la mise à pied de 63 employés.

M. Carpentier est déçu de ne pas avoir été contacté ni par la direction de Semex ni par celle du Centre d’insémination artificielle du Québec (CIAQ), propriétaire à 45 % de Semex, pour l’informer de l’arrêt à venir des activités de l’entreprise.

« C’est une mauvaise nouvelle pour la région. Il s’agit d’une grosse affaire de perdre autant d’emplois pour une municipalité de la taille de Sainte-Marie-Madeleine », estime le maire Carpentier.

Le site de Semex comprend plusieurs étables où logent actuellement 240 taureaux.

Changement de zonage

Si Exceldor ou une autre entreprise non agricole manifestait son intérêt pour la propriété de Semex, il faudrait préalablement que la CPTAQ accepte un changement de zonage (agricole) pour permettre l’implantation d’un bâtiment industriel.

La grille des usages principaux et des normes en vigueur à Sainte-Marie-Madeleine indique que le bâtiment principal érigé dans la zone où se trouve Semex doit avoir un maximum de deux étages et une hauteur ne pouvant dépasser 11 mètres.

Selon l’entreprise agroalimentaire, le double de la hauteur permise serait nécessaire pour ériger la future usine.

« Bien que les plans ne soient pas finalisés, nous estimons que la hauteur du bâtiment, incluant les équipements et les cheminées au toit, sera de plus ou moins 75 pieds (environ 22 mètres) », indique dans un courriel Jordan Ouellet, conseiller communication et relations publiques chez Exceldor.

Une modification de la grille de zonage devrait être également envisagée en accord avec les citoyens du secteur. Le maire de Sainte-Marie-Madeleine souligne que la présence de cette usine ne viendrait pas compromettre un développement résidentiel puisque celui-ci est déjà construit. « Tout ce qui encercle le site de Semex est complètement agricole », précise Gilles Carpentier.

Selon le maire, Semex est desservie en eau par la Municipalité. « Il faudrait adapter les infrastructures selon les besoins d’Exceldor. Cela nécessiterait le prolongement des services d’égouts », mentionne-t-il.

Au rôle d’évaluation municipal, la valeur de la propriété de Semex est de 16 376 800 $.

image