7 mai 2015
Un point noir
Par: Pierre Bornais
Publicité
Activer le son

Même tardif, le printemps a fini par arriver, permettant du coup de découvrir dans ­l’environnement les « horreurs » que la neige et l’hiver avaient masquées. D’où la nécessité assez généralisée de procéder à un grand ménage saisonnier.

Il y a toutefois des choses – plus ­précisément des endroits – qui ne peuvent faire l’objet d’une telle opération et ­paraissent comme un mauvais bouton au milieu de la figure. Ignorant le reste, toute l’attention porte sur ce point noir qui ­défigure l’ensemble.

C’est notamment le cas du terrain vacant à l’angle de la rue des Cascades et de l’avenue Saint-Denis, encadré par des blocs de béton gris qui ne fleuriront pas de sitôt.

Une fois encore, cet espace crucial est mis en vente après avoir été l’objet d’une annonce de projet, qui n’était pas le ­premier après l’incendie qui a détruit le bâtiment.

En cette période difficile pour le ­commerce, il est sans doute permis de souhaiter un développement répondant à la vocation originale au coeur du centre-ville.

Il y a fort à parier que la présente ­désolation durera encore des années avant qu’un projet puisse réellement être réalisé; si cela arrive un jour!

Voilà pourquoi la Ville devrait assumer un rôle plus actif dans ce dossier en récupérant l’espace, de façon permanente ou à tout le moins temporaire, pour y aménager un espace vert et une zone de répit.

Cela peut sembler insignifiant, compte tenu des dossiers en cours qui exigent des investissements de millions de dollars, mais cela permettrait aux citoyens de mieux s’approprier ce lieu.

Un effort doit être consenti pour y arriver, c’est bien la moindre des choses pour une communauté qui a investi beaucoup d’argent pour se donner une « belle image ».

Cela pourrait compléter les messages et les pancartes!

image