28 juin 2018
Reconnaissance en lecture
Un projet de la CSSH lauréat d’un prix national
Par: Le Courrier
De gauche à droite, Sylvie Barcelo, sous-ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur; Pierrette Proulx, conseillère pédagogique en français à la CSSH; Caroline Gendron, enseignante

De gauche à droite, Sylvie Barcelo, sous-ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur; Pierrette Proulx, conseillère pédagogique en français à la CSSH; Caroline Gendron, enseignante

« Quand les mots sortent des livres et prennent vie autour de moi » a été retenu parmi les projets gagnants des prix de reconnaissance en lecture du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES). C’est au Musée national des beaux-arts de Québec que l’équipe de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH) impliquée dans la réalisation de ce fabuleux projet a récupéré son prix.

L’initiative présentée au MEES dans le cadre des prix de reconnaissance en lecture est le fruit du travail d’une équipe composée essentiellement de cinq enseignantes de la CSSH passionnées de l’éducation préscolaire. Le projet visait à élaborer des stratégies d’intervention portant sur l’enrichissement du vocabulaire et le développement d’habiletés de compréhension en lecture, à partir de la littérature jeunesse. 

L’objectif ultime du projet était notamment de fournir au milieu des ressources permettant d’éveiller chez les élèves de la maternelle la curiosité et le plaisir liés aux mots et à la langue, permettant ainsi d’établir les bases sur lesquelles leurs futurs apprentissages en lecture pourront prendre appui.

Les cinq enseignantes à l’origine de ce beau projet sont : Caroline Gendron, de l’école Saint-Damase; Chantal Dubé, de l’école Sainte-Rosalie; Mijanou Beaumier, de l’école aux Quatre-Vents; Myriam Houle, de l’école Sacré-Cœur d’Acton et Sophia Aubin, de l’école Douville. Ces enseignantes ont pu compter sur l’accompagnement d’une conseillère pédagogique de français de la CSSH, Pierrette Proulx, d’un professeur de l’Université de Montréal, Dominic Anctil, et de son assistante de recherche, Claudine Sauvageau.

image