13 juin 2013
Industrie du gaz de schiste
Un projet de loi pointé du doigt
Par: Le Courrier
Le conseiller municipal de Saint-Jude et humoriste Christian Vanasse.

Le conseiller municipal de Saint-Jude et humoriste Christian Vanasse.

La décision du gouvernement Marois d’imposer un moratoire de cinq ans sur l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste dans les basses-terres du Saint-Laurent est loin d’être applaudi par les opposants au développement des énergies fossiles au Québec.

publicité

Le projet de loi déposé par le ministère de l’Environnement, Yves-François Blanchet pourrait être de courte durée. Le moratoire « sera effectif jusqu’à l’entrée en vigueur d’une loi établissant de nouvelles règles pour la recherche et l’exploitation des hydrocarbures », peut-on lire dans les notes explicatives jointes au projet de loi.

« Je pense qu’il faut rappeler au ministre de l’Environnement que son titre est une fonction et non une suggestion », indique avec sarcasme Christian Vanasse, conseiller municipal à Saint-Jude et ardent défenseur de l’environnement.« Le mandat de M. Blanchet est d’assurer la protection de l’environnement ainsi que la conservation de la biodiversité, pas de se soucier de la santé économique de notre PIB », poursuit le membre du groupe d’humoristes Les Zapartistes.Jacques Tétreault qui préside le Comité citoyen pour la protection de l’environnement maskoutain (CCPEM) estime que cette mesure gouvernementale représente de la poudre aux yeux. « Au lieu d’interdire tous les types de fracturation dans notre sol, on impose un moratoire sur le gaz de schiste en laissant la porte grande ouverte au pétrole de schiste », déplore-t-il.Selon lui, cette décision fait naître de la colère et de l’amertume au sein des opposants à l’exploitation des énergies fossiles.« Le puissant lobby des gazières et des pétrolières réussi à faire plier tous les gouvernements. Dans ce dossier, le Parti québécois se positionne comme l’ancien gouvernement libéral. Nous sommes très déçus », mentionne Jacques Tétreault.Cet automne, la ministre des Ressources naturelles Martine Ouellet déposera un autre projet de loi qui devrait redéfinir la réglementation de l’industrie du gaz de schiste.

image