4 février 2021
Mélangeant danse et neurosciences
Un projet d’Olenny Pelletier obtient un soutien financier
Par: Maxime Prévost Durand

La Maskoutaine Olenny Pelletier développera un premier spectacle professionnel comme directrice artistique avec son projet Avant-Demain. Photo gracieuseté

Démontrer, par la danse, les impacts du stress engendré par une situation comme la pandémie. Voilà le défi que s’est donné la Maskoutaine Olenny Pelletier avec son projet Avant-Demain, une pièce dansée pour laquelle une bourse de 16 000 $ a été octroyée pour la recherche et la création.

Publicité
Activer le son

Ce soutien financier est remis à partir du montant distribué dans le cadre de l’entente de partenariat territorial pour les arts et les lettres en Montérégie-Est. La MRC des Maskoutains, le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, en collaboration avec Culture Montérégie, ont décidé d’appuyer ce projet unique.

Dans cette production, Olenny Pelletier visera à faire le « lien entre les neurosciences et le mouvement, entre la technologie et le vivant », est-il mentionné dans une brève description du projet. Différents principes seront explorés à travers l’art de la danse, comme celui de la pensée rotative, qui empêche d’être dans le monde présent.

« Ce sera mon premier spectacle professionnel officiel comme directrice artistique. J’en assumerai la production et la direction », se réjouit celle qui est directrice du Studio Hipnoze, à Saint-Hyacinthe, en plus d’être présidente de MOOD, une compagnie de danse professionnelle affiliée au studio.

Détentrice d’un diplôme en programmation neurolinguistique (PNL) depuis le printemps dernier, Olenny Pelletier dit s’intéresser aux principes du cerveau et des neurosciences depuis plusieurs années. Elle explorait déjà différentes manières de les intégrer à la danse, mais le contexte de la pandémie l’a amenée à pousser l’expérience à son plein potentiel.

Pour ce projet, il est prévu que la Maskoutaine soit accompagnée de trois chorégraphes-danseurs et de quatre danseurs. Ceux-ci font partie de la compagnie MOOD, lancée il y a tout juste un an. « C’est un OBNL avec des danseurs professionnels pour faire rayonner la danse en région », explique Olenny Pelletier.

Sans la bourse, il n’aurait pas été possible de mettre en branle le projet Avant-Demain, avance-t-elle, reconnaissante de ce soutien financier.

« C’est une belle ouverture pour la danse, se réjouit Olenny Pelletier, dont la tête déborde d’idées. J’ai déjà deux autres sujets pour des projets que j’aimerais réaliser. »

Une subvention pour le Centre des arts

Parmi les 18 projets soutenus grâce au Programme de partenariat territorial de la Montérégie-Est, un organisme de la région a aussi été retenu. Il s’agit de la Société de diffusion de spectacles de Saint-Hyacinthe (Centre des arts Juliette-Lassonde), qui reçoit une subvention de 24 000 $ pour la présentation d’Asteria, un projet musical en réalité virtuelle.

Ce concept inédit sera proposé autant au grand public que pour le milieu scolaire à la fin mars. À l’aide d’un casque de réalité virtuelle, les spectateurs seront plongés dans les univers d’Alexandra Stréliski, Vincent Vallières, Dominique Fils-Aimé, FouKi et Daniel Bélanger.

« Les subventions offertes aux projets culturels en ce moment sont plus qu’appréciées. Le milieu culturel en a bien besoin », a souligné le directeur général de la SDS de Saint-Hyacinthe, Jean-Sylvain Bourdelais.

image