25 juillet 2019
Projet Fridöm de Groupe Sélection
Un projet qui va à l’encontre de toute logique
Par: Le Courrier

À vous, Groupe Sélection. À vous, M. Corbeil, maire de Saint-Hyacinthe. À vous, mesdames et messieurs les conseillers,

publicité

La population maskoutaine a pu prendre connaissance dernièrement de votre nouveau projet Fridöm. Encore une fois, dans l’ombre, vous avez agi ensemble, main dans la main, dans l’intérêt plutôt personnel de vos ego et de vos profits. Les citoyens, en tant que principaux intéressés de ce qui a cours dans la ville, s’y sont massivement opposés il y a à peine deux ans. Et vous voilà de retour avec un projet tout aussi peu respectueux tant par ce qu’il est que par la façon dont il a été imposé.

La majorité de la population maskoutaine n’est pas plus en accord avec votre projet aujourd’hui qu’elle ne l’était en 2017. Je suis de plus outrée par la bassesse de vos méthodes antidémocratiques aux limites dictatoriales. Ce projet n’est pas à sa place dans le vieux centre-ville de Saint-Hyacinthe.

Nous savons plus que jamais que l’environnement est au cœur des enjeux de la planète. Vous avez pourtant refusé de signer la déclaration d’urgence climatique! Déjà très décevant. Les changements climatiques sont pourtant bien réels et les grands centres urbains ont une part de responsabilité additionnelle : les îlots de chaleur.

Déjà en 2009, l’institut national de santé publique du Québec publiait un document intitulé « Mesures de lutte aux îlots de chaleur urbains » afin d’entamer un changement dans la façon dont sont pensés nos villes et les différents développements urbains. Le principal atout demeure la végétation. Vous savez ce qui possède déjà beaucoup de verdure par rapport à sa taille? Les immeubles de deux étages de la rue Saint-François ayant, pour la plupart, cours arrière et arbres matures.

Vous savez ce qui dépouillera le centre-ville de cela? Une tour aux grandes fenêtres ne comportant qu’une petite part de verdure et faisant office d’obstacle à la brise de la rivière. Un tel projet va donc à l’encontre de tout ce que nous savons maintenant sur la gestion adéquate des îlots de chaleur. Et même si les appartements de la tour possèderont sans doute des airs conditionnés, cela ne fait que cacher à ses locataires le problème qu’elle a généré et qu’ils endossent.

Une tour pour retraités bien nantis n’est pas ce dont la population du centre-ville a besoin. Les loyers modiques y sont nécessaires. Ils contribuent à offrir un toit aux plus démunis, mais également pourraient contribuer à attirer une population diversifiée et jeune, plus encline à faire vivre ce secteur historique. Des subventions pour les propriétaires du secteur afin de restaurer et rénover les édifices existants, plus de soutien pour intégrer les gens en difficulté et les immigrants à la vie communautaire, voilà des choses qui devraient être faites au centre-ville.

Les 25 à 40 ans font vivre les commerces, animent les événements, remplissent les restaurants. Avec tous ses commerces uniques et originaux, le quartier du vieux marché combine l’énergie et le mode de vie du Plateau avec le réconfort des petits villages des Cantons de l’Est comme Lac-Brome. C’est unique comme atmosphère, c’est précieux et il faut la préserver en favorisant une vie de quartier en accord avec cette réalité.

M. Corbeil s’est fixé un objectif d’atteindre une population de 60 000 habitants d’ici 2020. Il ne reste que 6 mois. Or, selon un article paru dans Le Courrier en janvier 2018, il manquait encore 4293 personnes pour atteindre l’objectif. Est-ce pour cela que les projets immobiliers d’envergure semblent faire partie de la priorité de la Ville? Les tours pour retraités poussent comme des champignons dans le secteur nord. Je ne crois pas qu’un projet comme celui de Groupe Sélection soit vraiment adéquat.

Ces idées de grandeurs me font penser à quelques erreurs du genre : les autoroutes sans issue et la rivière Saint-Charles à Québec, sans parler du fameux scandale de l’aéroport Mirabel. Et présentement se jouent encore des enjeux semblables aux nôtres à Saint-Jérôme et Mont-Saint-Hilaire, par exemple.

N’est-il pas temps d’apprendre des erreurs qui ont été commises par d’autres avant vous? Groupe Sélection, vous avez bâti votre projet à Beloeil. Il n’est pas dans le Vieux-Beloeil sur les rives de la rivière Richelieu. Vous l’avez bâti dans un secteur de la ville qui correspondait à sa réalité. La Ville de Saint-Hyacinthe devrait voir à préserver son centre-ville de la même façon en servant d’abord et avant tout ses citoyens et non le privé. Je vous laisserai sur des paroles qui ne sont pas les miennes. Par ses mots, Jean de La Fontaine résume très bien la situation à Saint-Hyacinthe.

La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le bœuf

[Elle] s’enfla si bien qu’elle creva.

Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages.

Anne-Marie Desbiens, Saint-Hyacinthe

image