26 septembre 2019
Un recueil de « belles histoires humaines » autour de la santé mentale
Par: Olivier Dénommée

Alain Labonté et Florence Meney ont travaillé ensemble pendant un an et demi pour en arriver avec Ma tête, mon amie, mon ennemie, livre inspirant qui espère briser les tabous entourant la question de la santé mentale. Photo Blanches Bulles Photographie

Communicateur et conférencier bien connu au Québec, Alain Labonté est aussi auteur de quelques ouvrages sur des thèmes comme la santé mentale, la communauté LGBT et le féminisme. Son dernier projet d’écriture, en collaboration avec Florence Meney, est le livre Ma tête, mon amie, mon ennemie, contenant des portraits de gens inspirants qui vivent avec des enjeux de santé mentale. Le Maskoutain Matthieu Laroche fait partie de ces 12 portraits.

publicité

C’est Florence Meney qui est « tombée amoureuse » d’Alain Labonté et qui lui a demandé de collaborer pour ce projet il y a un an et demi. « Elle m’a écrit à ce sujet, me disant que je serais la personne appropriée puisque j’ai fait de la santé mentale mon cheval de bataille », raconte le coauteur, qui trouve que, même si ce sujet est de plus en plus discuté sur la place publique, cet enjeu demeure encore tabou.

Témoignages touchants

L’angle adopté par le tandem est de montrer qu’à travers la santé mentale, on apprend à voir la force de chaque personne. « Une personne sur cinq connaîtra des troubles de santé mentale et, avec la société exigeante que l’on a, ça ne risque pas de s’améliorer, déplore Alain Labonté. Mais dans le livre, on raconte de belles histoires humaines qui pourront toucher tout le monde. » Il cite l’exemple de Matthieu Laroche, Maskoutain de petite taille qui a connu de durs épisodes d’anxiété et qui a accepté de raconter son histoire et ce qui l’a aidé à s’en sortir. « Un jour, une amie lui a dit que c’est plus long de se fuir que d’apprendre à vivre avec soi », explique l’auteur.

D’autres témoignages, plus touchants les uns que les autres, se retrouvent dans Ma tête, mon amie, mon ennemie. « On y retrouve aussi l’histoire d’une fille de 19 ans qui s’adonnait à l’automutilation. Jusqu’à ce qu’elle tombe sous le charme d’un cheval qui est devenu sa raison de vivre. On parle aussi de vies inusitées, comme celle d’une personne trans de 54 ans qui a été aidée par son entreprise à faire sa transition. Bref, c’est un livre pas négatif du tout, où on raconte des histoires touchantes de personnes qui ont connu des parcours différents », mentionne Alain Labonté.

Même si certains de ses livres ont connu un grand succès, remportant le titre de best-seller, Alain Labonté ne se fait aucune attente avec la sortie de Ma tête, mon amie, mon ennemie, officiellement en vente depuis hier. « On s’entend, personne n’écrit un livre pour faire de l’argent! Moi, mon but, c’est d’entrer dans le cœur des gens. Si mes écrits arrivent à toucher un lecteur, alors je considère que c’est mission accomplie », dit-il humblement.

Visite maskoutaine

Maintenant que le livre est lancé, la prochaine étape est de répandre la bonne nouvelle un peu partout. Une tournée de séances de signature est déjà entamée et les coauteurs Alain Labonté et Florence Meney seront de passage à Saint-Hyacinthe samedi, de 13 h à 15 h, au Buropro Citation. Pour l’occasion, Matthieu Laroche sera aussi sur place. « C’est l’occasion parfaite de se rencontrer et d’échanger sur le sujet de la santé mentale », soutient Alain Labonté. Différentes dates de conférences devraient s’ajouter au calendrier au fil des prochains mois, promet le coauteur.

Ma tête, mon amie, mon ennemie, publié aux éditions Trécarré, est en vente partout depuis hier.

image