5 mars 2020
Un regard nouveau pour la EWE
Par: Maxime Prévost Durand

Des lutteurs en action lors du dernier gala de la EWE. Photo Béaphotographe

Quelques semaines après avoir attiré sa plus grande foule, dans le cadre d’un de ses galas mensuels présentés aux Loisirs La Providence, la fédération de lutte EWE se promet de beaux jours. Avec un regard nouveau et plus professionnel, l’organisation attire de plus en plus de lutteurs que les amateurs suivent sur le circuit québécois, offrant du même coup un spectacle de bien meilleure qualité qu’à ses débuts.

Publicité
Activer le son

En plus de rehausser le calibre des combats mis en scène dans le ring, la EWE a bonifié l’aspect visuel en ajoutant des écrans de chaque côté de l’entrée des lutteurs pour donner un look plus professionnel.

Et ce n’est que le début, promet le nouveau directeur créatif, Georges-André Roy, un amateur de lutte et entrepreneur de la région qui vient d’être recruté par l’organisation.

« On veut toujours monter en valeur à partir de maintenant. Il y aura l’ajout de lumières et de fumée dans les galas à venir », mentionne-t-il.

Cela passera également par le niveau des talents présents lors des galas. « Les gangs de chums sont out, on veut un spectacle de qualité », martèle M. Roy, qui a pris comme mentor Éric Ouimet, le fondateur de la FML, une fédération qui accueille quelques centaines de spectateurs à chacun de ses galas à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Depuis qu’elle a été lancée il y a quelques années, la EWE a connu une progression plutôt modeste, mais les choses semblent changer pour le mieux. « Elle était connue comme une risée dans le milieu et on veut maintenant devenir un incontournable », ajoute-t-il.

La fédération maskoutaine peut déjà compter sur quelques lutteurs de la région, dont Gorgeous Mike et Farmer Punk, mais M. Roy se désole de voir certains talents locaux échapper à la EWE, citant notamment Mike Marston (Mikael Bonneau), qui a eu un essai à la WWE l’été dernier, et Thomas Dubois, dont le duo TDT est parmi les plus populaires au Québec et même ailleurs au Canada. Il espère pouvoir les convaincre de mettre les pieds dans le ring de la EWE éventuellement. « On vise d’avoir des gars de la région comme eux et qu’ils soient fiers de venir à la EWE. Ce sont des talents incroyables qui manquent à leur région. »

Pour son prochain gala, le samedi 7 mars, la EWE sortira tout juste de Saint-Hyacinthe en se rendant à l’église de Saint-Barnabé-Sud. Elle sera de retour aux Loisirs La Providence dès la semaine suivante, soit le samedi 14 mars. Un autre gala mensuel se tiendra à Saint-Hyacinthe le 18 avril, puis la saison se conclura le 16 mai avec QuébecMania 4. La EWE a également été mandatée pour offrir un spectacle cet été dans le cadre de l’Expo agricole de Victoriaville.

image