30 juillet 2015
L’amour est dans le pré
Un résidant d’Upton parmi les finalistes
Par: Sarah Daoust Braun
Michaël Gilson, producteur laitier à Upton, pourrait participer à la prochaine saison de L’amour est dans le pré à V.

Michaël Gilson, producteur laitier à Upton, pourrait participer à la prochaine saison de L’amour est dans le pré à V.

Michaël Gilson, un producteur laitier de

Publicité
Activer le son

Le diplômé en médecine vétérinaire confie que c’est la copine d’un de ses amis qui l’a inscrit à l’émission. « Il a fallu que j’y pense assez vite, parce que ça déboule rapidement cette émission-là. J’ai fini par accepter. J’ai trouvé que c’était quand même un beau moyen pour rapprocher les gens de la ville. Les gens des centres urbains ne savent plus vraiment c’est quoi l’agriculture, ils peuvent avoir des idées préconçues et ça permet de les mettre à jour », explique-t-il quant à ses motivations de participer à l’émission.

Au-delà de son désir de familiariser les gens à l’agriculture, Michaël, célibataire depuis presque deux ans, souhaite avant tout rencontrer l’amour. « Ce que j’espère le plus, c’est de trouver l’amour, trouver quelqu’un qui va aimer ce que je fais et être intéressé par cela. Quelqu’un avec qui je vais avoir du fun dans la vie de tous les jours. En espérant que ça dure le plus longtemps possible », déclare-t-il.

L’agriculteur ne veut pas trop énumérer de critères précis sur la femme de ses rêves, « parce qu’il n’y a rien de rationnel là-dedans », mais il dit tout de même chercher une fille allumée, enjouée et qui aime le plein air, la nature, les enfants et les animaux.

Une entreprise familiale

Le candidat travaille à la ferme familiale en compagnie de son père et de son grand-père. Ce dernier a quitté la Belgique en 1976 avec sa femme et ses deux enfants pour venir s’installer à Upton. La ferme Gilson est une ferme de production laitière de 200 têtes et de grande culture qui sert à nourrir les bêtes. « Tout ce qui concerne les animaux, comme la nutrition, la santé, et la gestion du troupeau, c’est pas mal moi qui gère et chapeaute cela », indique Michaël qui a l’intention de reprendre un jour la ferme. Un transfert progressif est déjà commencé.

Le jeune homme, qui a étudié deux ans en pharmacie avant de se réorienter vers la médecine vétérinaire, adore son métier. « J’ai toujours travaillé à la ferme depuis que j’ai environ cinq ans, raconte-t-il. Je fais encore le métier de vétérinaire de temps à autre, mais je touche aussi à tout le reste de la ferme et c’est ça que je trouve super. C’est varié. J’aime les champs, les tracteurs, tout ce qui est mécanique. J’aime ça toucher à tout. J’ai l’impression, quand je travaille, que je ne travaille pas, mais plutôt que je m’amuse tout le temps. »

S’il est sélectionné à L’amour est dans le pré, Michaël anticipe le passage des caméras dans sa vie. « Je ne suis pas le type de gars à l’aise de passer à la télé, mais pas du tout. C’est juste que ça arrive comme ça, et je le vois un peu comme une expérience en même temps. Mon but, c’est d’essayer de trouver l’amour, avoue-t-il. Je suis une personne quand même assez timide dans la vie de tous les jours, je ne suis pas une personne qui aime s’exposer. Je vois ça comme un défi. »

En attendant, l’été de Michaël sera rempli, puisque c’est la saison la plus occupée à la ferme. Les candidates qui souhaitent participer à l’émission ont jusqu’au 3 août pour s’inscrire. Ensuite, la production déterminera les cinq candidats qui accueilleront les prétendantes dans leur maison.

image