2 janvier 2020
Un retour aux sources pour l’UMQ
Par: Rémi Léonard

Vicki-May Hamm, mairesse de Magog, Claude Corbeil, maire de Saint-Hyacinthe, Suzanne Roy, mairesse de Sainte-Julie et présidente intérimaire de l’UMQ, Josée Néron, mairesse de Saguenay, Jean-Maurice Matte, maire de Senneterre, et Diane Lavoie, mairesse de Beloeil, au centre de congrès de Saint-Hyacinthe au moment de conclure leur visite. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Claude Corbeil et Suzanne Roy durant le dévoilement du portrait restauré de T.-D. Bouchard, une figure emblématique à la fois pour Saint-Hyacinthe et pour l’UMQ. Photo gracieuseté

Pour marquer la conclusion de son année centenaire, l’Union des municipalités du Québec (UMQ) a choisi de tenir la dernière réunion de son conseil d’administration à Saint-Hyacinthe, ville d’origine du cofondateur de l’organisme et ancien maire et député Télesphore-Damien Bouchard.

Publicité
Activer le son

Cette rencontre a réuni le 6 décembre une cinquantaine de maires et de mairesses afin de discuter des dossiers prioritaires pour le monde municipal, qu’on pense à la gestion des matières résiduelles, à la lutte aux changements climatiques ou au transport ferroviaire et collectif.

La veille, les membres du conseil d’administration ont pu visiter quelques points d’intérêt de notre ville comme l’usine de biométhanisation, le Marché public ou le centre Expression. La Ville de Saint-Hyacinthe en a profité pour dévoiler un portrait datant de 1933 de T.-D. Bouchard, une œuvre léguée il y a quelques années à la Municipalité, qui l’a fait restaurer depuis. « Il était important pour nous de clore les festivités [du centenaire de l’UMQ] ici, à Saint-Hyacinthe, pour souligner toute la contribution de T.-D. Bouchard à l’UMQ, mais aussi aux gouvernements de proximité », a commenté la présidente intérimaire Suzanne Roy.

Mme Roy a clairement indiqué ses attentes envers le gouvernement Legault sur quelques dossiers majeurs pour les Municipalités, en premier lieu la gestion des matières résiduelles. Déclarant d’emblée que le système est « brisé », Mme Roy a appelé à mettre davantage à contribution ceux qui produisent ces matières « afin qu’ils soient tenus responsables de la création du produit jusqu’à sa valorisation en fin de vie ou son enfouissement ». « On ne peut pas faire l’économie d’une réforme », dans ce domaine, a-t-elle conclu.

Pour ce qui est de l’adaptation aux changements climatiques, qui touchent les Municipalités de plein fouet dernièrement, que l’on pense à l’érosion des berges, aux crues printanières ou aux épisodes de chaleur intense, la mairesse de Sainte-Julie s’attend à ce que Québec soit « partenaire » des Municipalités. « Il faudra investir dans l’adaptation de nos infrastructures. Le monde municipal a de grandes attentes à ce sujet et regardera attentivement le prochain budget québécois », a-t-elle ajouté.

Enfin, puisque la rencontre se tenait le 6 décembre, les membres du conseil d’administration de l’UMQ ont aussi rendu hommage aux femmes victimes de la tuerie de l’école Polytechnique, dont c’était le 30e anniversaire de commémoration, en observant une minute de silence.

image