1 novembre 2012
Un second coup dur pour la Ferme Fritsch
Par: Maxime Prévost Durand
À peine quelques semaines après un violent incendie dans deux bâtiments de la porcherie de la Ferme Fritsch, les flammes ont ravagé deux autres bâtisses samedi dernier.

À peine quelques semaines après un violent incendie dans deux bâtiments de la porcherie de la Ferme Fritsch, les flammes ont ravagé deux autres bâtisses samedi dernier.

Deux bâtiments de la porcherie de la Ferme Fritsch, située aux limites d’Upton et de Saint-Valérien-de-Milton, ont été la proie des flammes en soirée le 27 octobre. Ils ont été tous deux lourdement endommagés.

Ce violent incendie survient à peine quelques semaines après le feu qui avait complètement rasé les deux autres bâtiments de la porcherie et tué du même coup les quelque 800 porcs se trouvant à l’intérieur. « C’est une copie conforme de l’incendie du 2 octobre », affirme Yves Ricard, directeur du Service des incendies d’Upton. Sauf que cette fois, aucune bête ne se trouvait à l’intérieur.

C’est un coup dur pour Claude Fritsch, le propriétaire de la Ferme Fritsch. « Avec ce qu’il restait [après le premier incendie], j’avais quand même un revenu pour vivre. » Maintenant, la pente sera d’autant plus dure à surmonter. Il allait obtenir dans les prochains jours les coûts pour la reconstruction des bâtiments brûlés au début du mois d’octobre. « Ça fait mal au coeur, je ne la trouve pas drôle. Je viens de perdre mes revenus, continue M. Fritsch. Celle-là, c’était ma plus belle porcherie, celle au centre de tout. C’est un feu qui fait deux et même trois fois plus mal. »Au total, c’est plus d’un million de dollars qui se sont envolés. Cet espace, il le louait au Groupe Phaneuf et Dufresne afin d’y accueillir leurs porcs.Le feu s’est déclaré vers 20 h samedi soir. Les pompiers de Saint-Valérien et d’Upton ont été les premiers sur place. Ceux de Roxton Falls, Saint-Liboire, Acton Vale et Saint-Nazaire sont venus prêter main-forte pour éteindre le brasier. « Lorsque nous sommes arrivés, le feu était déjà généralisé dans le premier bâtiment », explique Yves Ricard. Une ouverture dans la toiture, causée par le travail des pompiers lors du feu du 2 octobre afin d’épargner ce bâtiment, aurait permis au brasier de prendre une grande ampleur en peu de temps.Le deuxième bâtiment a été sérieusement endommagé également. Un fil électrique passant au-dessus des deux bâtisses est tombé sur la seconde et a ainsi propagé les flammes à cette partie de la porcherie. Il aura fallu deux heures aux pompiers pour maîtriser les flammes intenses.La cause n’a toujours pas été déterminée. « L’enquête est toujours en cours », a indiqué M. Ricard en début de semaine. La possibilité d’un incendie criminel n’a pas été mentionnée. « Je ne peux pas m’avancer là-dessus pour l’instant », a-t-il conclu.

image