29 août 2013
Complexe de diagnostic vétérinaire
Un sous-traitant réclame 2,5 M$
Par: Jean-Luc Lorry
Le complexe de diagnostic vétérinaire et d'épidémiosurveillance.

Le complexe de diagnostic vétérinaire et d'épidémiosurveillance.

Un sous-traitant qui a participé à la construction du complexe de diagnostic et d’épidémiosurveillance vétérinaire à Saint-Hyacinthe réclame un montant de 2,5 M$ à l’entreprise qui supervisait les travaux, a appris LE COURRIER.

publicité

Fin juillet, Tavano Acoustique avait déposé un préavis en vue d’exercer une vente sous contrôle de justice contre le Groupe Aecon Québec qui avait obtenu un contrat de construction de 31 M$ du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ).

« Les biens de l’État ne peuvent pas faire l’objet d’une hypothèque légale ou d’une vente sous contrôle de justice. Nous avons donc pris les mesures pour que soit radié ce préavis. Notre implication dans ce dossier s’arrête ici », explique Caroline Fraser, porte-parole du MAPAQ.Tavano acoustique, une entreprise de Blainville spécialisée entre autres dans la pose de cloisons et de plafond suspendu, avait obtenu un contrat initial de 1,2 M$. Aujourd’hui, le propriétaire de l’entreprise souhaite être payé pour les ajouts et modifications exigés par les responsables du chantier. « Il y a eu au-delà de 600 changements demandés dans ce dossier de construction autant pour la partie mécanique, électrique qu’architecturale », indique Robert Tavano, dont le dossier est maintenant devant les tribunaux.Inauguré en juin 2012, le complexe de diagnostic et d’épidémiosurveillance vétérinaire représente un investissement de 51,6 M$. Un montant de 5,2 M$ avait été inclus dans le budget total pour couvrir les imprévus.

image