21 janvier 2021
Futur palais de justice
Un stationnement souterrain pour le personnel
Par: Jean-Luc Lorry

Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le futur palais de justice de Saint-Hyacinthe sera doté de deux aires de stationnement : une en surface pour la population et une autre souterraine pour le personnel judiciaire et administratif de l’établissement. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Les coûts de construction du futur palais de justice de Saint-Hyacinthe risquent d’être revus à la hausse. Selon la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, qui est bien au fait du dossier, l’établissement comprendra deux aires de stationnement, une en surface et une seconde souterraine, dont l’ensemble pourrait totaliser jusqu’à 137 cases.

Publicité
Activer le son

La Ville de Saint-Hyacinthe avait demandé à la Société québécoise des infrastructures (SQI) que le nouveau palais de justice ait un stationnement souterrain pour accommoder le personnel judiciaire et administratif ainsi que les visiteurs.

« La SQI avait décliné cette demande pour des questions budgétaires, a indiqué au COURRIER Chantal Soucy. Le maire de Saint-Hyacinthe m’avait fait part de ce refus. À la suite d’une négociation avec le ministre de la Justice, mon collègue Simon Jolin-Barrette, celui-ci a autorisé la construction d’un stationnement souterrain. »

« Ce stationnement souterrain sera réservé exclusivement au personnel, tandis que celui en surface sera accessible aux citoyens. Le stationnement pourra accueillir 137 véhicules au total, sous toute réserve, car le conseil des ministres ne l’a pas encore approuvé », a ajouté Mme Soucy.

Même si elle ne devrait pas participer financièrement, la Ville a même fait évaluer le coût d’une participation financière pour la réalisation du stationnement souterrain. Dans ce dossier, elle a versé un montant de 8853 $ à la firme d’ingénierie WSP Canada. « Cette somme correspond à une analyse de coût et d’options dans le cadre d’échanges entre la Société québécoise des infrastructures (SQI) et la Ville en lien avec la construction du futur palais de justice et d’un éventuel stationnement souterrain. C’est la SQI qui annoncera les détails du projet », a indiqué Brigitte Massé, directrice des communications à la Ville de Saint-Hyacinthe.

En 2019, la députée caquiste précisait dans nos colonnes qu’un tel projet de construction nécessiterait des investissements de l’ordre de 80 M$, sans tenir compte d’un stationnement intérieur.

Les services judiciaires du district de Saint-Hyacinthe seront ainsi relocalisés durant trois à quatre ans, le temps que l’actuel palais de justice soit démoli et reconstruit au même endroit, c’est-à-dire vis-à-vis du parc Casimir-Dessaulles.

Actuellement, le dossier suit son cours à la SQI. À la société d’État, on reste toutefois prudent sur les détails.

« Le projet est actuellement à l’étape de “planification” à la Direction sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique. Le dossier d’affaires est en préparation et il sera ensuite soumis au gouvernement pour autorisation. Il est donc trop tôt pour confirmer quelque composante que ce soit et les coûts qui y sont associés », a précisé par courriel Martin Roy, de la Direction des communications à la SQI.

Feu vert au Palais de justice temporaire

L’appel d’offres pour l’aménagement du palais de justice temporaire dans la bâtisse commerciale de l’ancien Super C sur l’avenue Cusson est complété et Québec a donné hier, mercredi, le coup d’envoi des travaux de construction.

Gestionnaire du projet, le Groupe Robin, par la voix de sa présidente, Nellie Robin, précise que l’identité du constructeur sera connue d’ici quelques jours. En vue de ces travaux, Robin a déjà obtenu un permis de construction de 7,6 M$ auprès de la Ville de Saint-Hyacinthe.

Outre le réaménagement complet de la bâtisse actuelle, un bâtiment modulaire devrait y être également annexé. Selon Chantal Soucy, la bâtisse devrait être livrée pour l’automne 2021.

En août 2019, la SQI projetait d’investir 16,2 M$ dans ce palais de justice temporaire qui sera aménagé sur une superficie de 3000 mètres carrés sur un seul niveau. Le montant annoncé devrait être respecté. Les travaux se dérouleront pendant un an.

Avec la collaboration de Martin Bourassa.

image